Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Le Foyer Tanjomoha La prise en charge des plus démunis au Foyer Tanjomoha, Vohipeno, Madagascar
Pour aller plus loin
Le Foyer Tanjomoha
  • Tanjomoha, Vohipeno Madagascar
  • tanjomoha@nullyahoo.fr
  • Père Emeric Amyot d'Inville
  • tanjomoha@nullyahoo.fr


La prise en charge des plus démunis au Foyer Tanjomoha, Vohipeno, Madagascar

  • Santé : Handicap mental
  • Afrique : Madagascar
  • Fiche d'expérience

Par Père Emeric Amyot d'Inville le 19/12/2011

Dans une région où 90% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté,la souffrance liée au handicap est encore plus profonde.Ce Foyer apporte une aide précieuse à ceux qui en ont le plus besoin
  1. La naissance du Foyer
Le Foyer de Tanjomoha a été créé en 1986 à l'initiative du Père Vincent Carme dans le district de Vohipeno, au Sud-Est de Madagascar. Il a été fondé dans le but de donner une formation professionnelle à des jeunes handicapés physiques. Il s’est ensuite diversifié et a accueilli des enfants souffrant de malnutrition, des orphelins, des jeunes marginalisés, et des personnes souffrant de maladies ou de handicap mental qui n’ont pas de ressources pour se soigner.
 
Dirigé actuellement par le Père Emeric Amyot d'Inville, le Foyer s’est construit sur les valeurs chrétiennes de l'amour du prochain. Il accueille sans distinction de race, de sexe, de conviction religieuse ou idéologique les personnes les plus démunies de la région qui viennent chercher de l’aide en nourriture, en médicaments, en matériel scolaire, etc. et  un peu de courage pour repartir dans la vie, pour leur permettre d’aller vers un avenir meilleur.
 
Le Foyer s'est développé autour de 3 axes :
·       Eduquer : trois centres, dont le foyer Deguise pour les enfants abandonnés et orphelins ;
·       Soigner : trois centres de soins ;
·       Développer : de nombreux projets dans la région de Tanjomoha, dont un programme d’aide aux soins de santé pour les personnes vivant avec un handicap mental afin de les orienter vers l’hôpital psychiatrique de Manakara.
 
Le Centre prend en charge :
·       une moyenne de 420 personnes résidant à Tanjomoha, c’est-à-dire logées, nourries, soignées et/ou éduquées dans le Centre ;
·       plus de 1000 personnes à l’extérieur qui sont prises en charge à divers niveaux (cantine, écoles, assistance alimentaire et médicaments, etc.)
 
 
  1. La finalité
La finalité première du Foyer est l’accueil des jeunes handicapés physiques. Souvent délaissés par leurs familles et par la société, beaucoup ne sont pas scolarisés et ne peuvent pas travailler dans les rizières comme les autres jeunes de leur âge. Ils peuvent alors être perçus comme un poids pour leurs familles qui sont désemparées.  Ils sont 110 à être accueillis dans le centre d’accueil spécialisé de Tanjomoha. Ils reçoivent une formation en alphabétisation ou professionnalisante (coupe-couture et broderie, menuiserie, agriculture et petit élevage, etc.) et des soins pour traiter leur handicap (contrôle orthopédique, rééducation, etc.).
 
Le Foyer Deguise a ouvert à Tanjomoha en 1997, après le passage du tristement célèbre cyclone Gréthel. Il accueille aujourd’hui une soixantaine d’enfants âgés de 2 à 18 ans. La plupart sont orphelins de père et de mère. Dans d’autres cas la mère est décédée, laissant derrière elle des enfants livrés à un père alcoolique ou dans l’incapacité de les élever et de prendre soin d’eux. Ou encore, ce sont des enfants issus de familles monoparentales, dont le seul parent est atteint d’un handicap mental. Ces enfants vivent dans des conditions socio-économiques extrêmement difficiles et sont extrêmement vulnérables, notamment aux troubles psychiques de l’adolescence ou de l’âge adulte. Afin de les préserver, le Foyer leur offre la chaleur d’un climat familial serein, paisible et joyeux, sous la conduite de leurs éducatrices.
Le Foyer Tanjomoha apporte également une aide aux soins pour les personnes vivant avec une maladie mentale. A Madagascar, les deux tiers de la population vivent sous le seuil de pauvreté, soit avec moins d’un dollar par jour, et les soins de santé sont payants. Pour la majeure partie de la population malgache et de la région de Vohipeno (côte sud-est) où se situe le Foyer, ces soins sont hors de prix. Afin de soulager la souffrance des handicapés mentaux et le désarroi de leur famille, dont ils sont à la charge jour et nuit, le Foyer Tanjomoha les oriente vers l’hôpital psychiatrique le plus proche (Manakara) et les accompagne dans leur traitement en pourvoyant nourriture et médicaments.
 

3. La mise en œuvre
 
Les enfants du foyer Deguise sont souvent amenés au Centre par une grande sœur, par des voisins, par une religieuse de leur village qui connaît bien leur situation. Parfois, c’est leur maman qui demande de prendre en charge ses enfants avant de mourir. Dans certaines situations, ce sont des enfants qui ont été soignés dans le Centre de Récupération Nutritionnelle Infantile du Foyer Tanjomoha, et il a été constaté pendant cette période de soins que la famille était gravement déficiente. A chaque fois, une enquête est faite avec la famille élargie et les autorités locales ou de l'Eglise. Avec l’accord des proches, lorsqu’on constate que la structure familiale et l’environnement dans lequel ils évoluent mettent les enfants en danger, ils sont accueillis et pris en charge au Foyer Deguise. Ils sont alors aussitôt pris en charge, soignés, nourris, logés et scolarisés dans des écoles privées. Ceux qui en ont les capacités poursuivront leurs études dans un lycée privé à Manakara puis en université, tandis que d’autres s’orienteront vers une formation professionnalisante plus technique. Ils restent au Foyer jusqu’à ce qu’ils soient autonomes, à moins que leur famille élargie, s’étant ressaisie, puisse les reprendre et assurer la suite de leur formation. L’approche n’est pas uniquement de type éducatif, elle est globale, holistique : elle doit permettre à l’enfant et aux jeunes de se reconstruire, de guérir des blessures affectives et physiques qui les ont meurtri au cours de leur enfance perturbée. Cela inclut le développement de la personne et de sa personnalité, renouer des relations sociales avec les autres enfants et avec la famille élargie, etc., tout cela dans le but de retrouver goût à la vie.
 
En ce qui concerne les personnes vivant avec un handicap mental, on trouve des personnes souffrant de névroses, psychoses, ou dépressives. Les troubles sont dus dans une partie non négligeable des cas à la consommation de substances psycho actives, telles que le Toaka ou alcool local, ou du Rongony, cannabis local. Ce sont les membres de la famille qui les amènent puisque ces personnes ne peuvent se représenter elles-mêmes. Le Foyer les oriente vers le centre de soins psychiatriques de Manakara, où ils sont généralement hospitalisés pour des séjours allant de quelques semaines à quelques mois. Le Foyer offre la nourriture pendant l’hospitalisation, et les médicaments qui vont servir au traitement pendant et après hospitalisation. Le Foyer prend ainsi en charge en permanence une bonne quarantaine de personnes avec leurs « gardes-malades » (personne qui reste constamment au chevet de la personne hospitalisée pendant toute la durée de l’hospitalisation), et ce, en permanence. Le Foyer est en relation avec un médecin psychiatre qui prescrit les médicaments, suit le traitement, et travaille avec les familles et l’entourage pour mieux cerner le handicap et faciliter les changements de comportement personnel ou familial. Grâce à cette prise en charge et d’après le suivi du médecin, le handicap régresse, et dans certains cas, il disparaît totalement.
 
 
4. Les moyens matériels
 
Les principaux donateurs qui ont permis au centre de couvrir le budget du Foyer sont :
·       le Gouvernement irlandais ;
·       ASMAE – Sœur Emmanuelle, qui forme notamment les éducatrices dans le cadre de l’accompagnement des enfants et subventionne le Foyer Deguise ;
·       la Conférence Saint Vincent de Paul ;
·       Une partie de l’aide alimentaire est fournie par le Programme Alimentaire Mondial, et par la Société Générale.
·       les donateurs individuels, amis et relations du Père Emeric et du Père Vincent Carme. Les donations individuelles couvrent plus de 65% du budget de fonctionnement
·       le Foyer est soutenu par d’autres associations : Liliane Fonds, l'Eau Vive, l'ACH, le TASC, Eau Sans Frontières, le Rotary Club, la Fondation Raoul Follereau, Elan Humanitaire, Crecerai, Amici del Madagascar, etc.
 
Les productions de Tanjomoha (Vanille, broderie, menuiserie, jardin, lait) représentent 2,4 % du budget et devraient augmenter sensiblement dans l’avenir.
 
Au niveau des ressources humaines, le Foyer accueille également des volontaires internationaux envoyés par l’ONG catholique FIDESCO.
 
L’Etat malgache ne contribue pas au budget du Foyer, mais fournit les médicaments pour la tuberculose.
 

5. Evaluation
 
Le Foyer Tanjomoha est un lieu qui accueille ou accompagne des personnes qui souffrent d’une souffrance indicible. Mais c’est paradoxalement un lieu où il y a beaucoup de joie de vivre, et où l’on retrouve une qualité exceptionnelle des relations entre les personnes qui y vivent, indépendamment du fait qu’ils soient accompagnants ou accompagnés. C’est une grande famille, avec des liens très forts qui existent entre les uns et les autres.
 
La plus grande satisfaction est que beaucoup d’enfants sont arrivés au foyer dans un état épouvantable. Mais ils ont pris leur vie en main et aujourd’hui, ils se sont installés, ont un travail, se sont mariés et évoluent dans des structures familiales stables. Certes, le Foyer et chacun de ses projets ont commencé avec des moyens limités. Mais la clé du succès réside dans la persévérance : il faut une vitalité interne et des personnes dévouées à la cause et compétentes, prêtes à aller jusqu’au bout.
 
C’est un Foyer qui est lourd à faire tourner sur le plan financier. De plus, les besoins ne vont pas en diminuant ; de nouveaux projets sont toujours en train de naître, et pour cela, il faut avoir des fonds pour les réaliser. Les donateurs individuels sont nombreux, mais l’équipe dirigeante du centre souhaite aller vers plus de partenariats institutionnels et associatifs, avec des organisations et acteurs implantés à Madagascar ou ailleurs, afin que le Foyer puisse être réellement pérenne et son activité durable.
    Langue d'origine : Français
    Mots-clés associés : , ,
    Ajouter un commentaire

    Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

    Question: 50 - 30 = ?
    Votre réponse: