Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil ASA - Handicap mental « mir'arts : Art et handicap mental en Suisse romande »
Pour aller plus loin
ASA - Handicap mental
  • 2 Ch. Louis-Hubert 1213 Petit-Lancy Suisse
  • + 41 22 792 48 65
  • asa-handicap-mental@nullbluewin.ch
  • Teresa Maranzano
  • t.maranzano@nullmirarts.ch


« mir'arts : Art et handicap mental en Suisse romande »

  • Vie sociale et quotidienne
  • Europe : Suisse
  • Fiche d'expérience

Par Teresa Maranzano le 30/04/2012

mir'arts est né de la volonté d'encourager et promouvoir la créativité des personnes avec une déficience intellectuelle vivant en Suisse romande : la valorisation de l'artiste pour son travail...

Ci-contre, tableau de Bernard GRANGIRARD

            Le contexte

Le siège de l’association ASA – Handicap mental, se situe au Petit-Lancy (près de Genève, Suisse). Il est constitué d’un bureau équipé pour deux postes : celui de Victoria Becker, Secrétaire générale, et celui de Teresa Maranzano, Chargée de projet mir’arts.
ASA-Handicap Mental est une des plus anciennes associations d’aide aux personnes handicapées en Suisse : elle a été crée en 1889 déjà. ASA – Handicap mental s’engage avec et pour la personne avec un handicap mental, dans les domaines de la vie privée ou publique, quels que soient le degré de son handicap et son âge, qu’elle vive en institution ou à domicile. Pour y parvenir, l’association travaille en partenariat avec les personnes handicapées, les familles, les professionnels, les chercheurs, les institutions, les associations, les pouvoirs publics.
 
Services et activités proposés :

  •  Encouragement de mesures favorisant la recherche et le perfectionnement des professionnels et autres personnes œuvrant dans les domaines indiqués plus haut.
  • Coordination et liens avec les autorités fédérales et des organisations à but similaire en Suisse et à l’étranger.
  • Défense des intérêts des personnes avec un handicap mental ou des difficultés d’apprentissage dans tout ce qui concerne la législation et les contacts avec le grand public.
  • Promotion de l’information relative aux problèmes que rencontrent ces personnes.
  • Réalisation de projets visant une meilleure qualité de vie des personnes avec un handicap mental et favorisant leur participation et inclusion sociale.


            La finalité de l’expérience

mir’arts est né de la volonté d’encourager et promouvoir la créativité des personnes avec une déficience intellectuelle vivant en Suisse romande. Il s’agissait tout d’abord de dresser un inventaire des lieux où la créativité de ces artistes s’exprime grâce à un accompagnement ciblé : où se trouvent-ils ? Combien y en a-t-il ? Comment sont-ils organisés ? Quelle est leur approche ? Quel type d’accompagnement est offert ? A travers cet inventaire, accompagné d’un questionnaire adressé aux professionnels, ASA - Handicap mental a pu identifier un certain nombre d’ateliers créatifs, de compagnies de théâtre et de danse, de groupes de musique, d’artistes évoluant de manière autonome.
A partir de là, il a été possible de mettre en route la construction d’un véritable réseau pour relier ces expériences isolées et souvent en manque de visibilité.
 
Les attentes des artistes avec une déficience intellectuelle sont les mêmes que chez chaque artiste : partager leurs œuvres avec un public, être reconnus pour leur travail.
Les accompagnants  (responsables d’ateliers créatifs, directeurs artistiques de compagnies de théâtre et de danse) ont fait part d’une forte envie de sortir du cadre de leur institutions/associations, d’aller à la rencontre d’un public externe et de développer un travail en synergie avec d’autres lieux de création.
L’espoir d’ASA - Handicap mental était de pouvoir compter sur la plus grande participation possible des artistes handicapés, des animateurs, des directeurs d’institution, afin de créer une véritable plate-forme interactive d’échanges et de promotion des productions artistiques.
 
mir’arts est un projet évolutif, dont les objectifs se défissent au fur et à mesure des avancées.
Notre mission peut se résumer ainsi : « L’expression et la création projettent sur le monde du handicap une autre lumière, un éclairage dynamique et participatif à la vie citoyenne qui n’est pas assez connue du grand public. Une confrontation plus intensive avec un public plus large favorise l’amélioration de l’image et de la cause du handicap en dehors des milieux restreints habituellement concernés ».
 
Les difficultés liées à ce projet sont les mêmes que les difficultés propres à toute structure associative et participative : trouver un terrain d’entente entre professionnels avec des parcours et des regards différents,  dégager le temps nécessaire à  l’échange et à la réflexion, cerner des objectifs réalistes et réalisables dans le cadre d’un système participatif.
 

            La mise en œuvre du projet

Ce projet est né en 2008 sur l’initiative de 4 institutions romandes : Fondation Eben-Hézer, Maisons des Chavannes, Lausanne ; Espérance, Etoy ; FOVAHM (Fondation Valaisanne en faveur des personnes handicapées) Saxon / VS ; Fondation Clair Bois, Genève. Sa réalisation a été confiée à l’association ASA – Handicap mental.
Initialement, le projet s’est déroulé en 3 phases :
 
Phase I -  Juin 2008 à Mai 2009 :
Concept général
Inventaire des ressources auprès des institutions, associations et organisations
Constitution d’un comité de personnes ressources
 
Phase II – Janvier 2009 à Décembre 2009
Evaluation des ressources
Elaboration d’un catalogue- inventaire ressources
Propositions d’actions concrètes
Réseautage
 
Phase III – Janvier 2010 à Juin 2011
Edition d’un coffret
Présentation des résultats
Passage de témoin des institutions à l’origine du projet à l’association ASA – Handicap mental
Création du poste de Chargé de projet
Création du site www.mirarts.ch
Création d’une nouvelle commission
 
Actuellement, la commission mir’arts est constituée par une quinzaine de membres qui représentent plusieurs associations et organisations en Suisse romande : les fondations L’Espérance, Eben-Hézer, Clair Bois, Ensemble, Cap Loisirs, les associations Dansehabile, Créahm-Fribourg, Autrement-Aujourd’hui, Atelier des mille et une feuilles. Elle est présidée par Jean-Christophe Pastor, Fondation Clair Bois, Genève, et coordonnée par Teresa Maranzano, ASA - Handicap mental, Genève.
Cette commission est organisée en 5 groupes de travail qui développent des recherches et des réflexions autours des thèmes suivants : cadre juridique qui règle les questions relatives à la production artistique des personnes handicapées ; formation pour les artistes avec une déficience intellectuelle ; promotion des pratiques artistiques des personnes handicapées ; charte éthique ; communication. Chaque groupe de travail peut solliciter la contribution de personnes ressources.

Ci dessus, tableau de Martin HILLMANN
 

            Les moyens dont vous avez eu besoin ?

Sur le plan humain : En avril 2010, ASA – Handicap mental a créé un poste de chargé de projet, d’abord à 20%, ensuite à 40%. Les membres de la commission mir’arts sont mandatés par les associations ou institutions dans lesquelles ils travaillent : un certaine nombre d’heures a été dégagé par leurs directions respectives, afin de pouvoir participer à 4 séances par année et développer leur projet de recherche. Une importante contribution à titre bénévole est fournie par Viviane Guerdan, Présidente d’ASA – Handicap mental, que nous remercions.
 
Sur le plan financier : Nous avons demandé la participation du Bureau Fédéral de l’Egalité de la personne handicapée pour le dossier concernant le cadre juridique des artistes handicapés. En effet, pour les années 2011 à 2013, l’un des axes prioritaires de cet organisme de la Confédération est l’encouragement de la participation des personnes handicapées à la vie culturelle, conformément à l’art. 30 de la Convention des Nations Unies relatif aux droits des personnes handicapées.
D’autres recherches de fonds se feront au moment de publier les résultats du travail mené par la commission mir’arts.
 
Sur le plan technique et matériel : Les moyens mis à disposition par ASA – Handicap mental permettent de poursuivre les buts de ce projet. Bien évidemment, des ressources supplémentaires permettraient à mir’arts de se développer davantage.


            Evaluation
 
Ce projet évolue avec beaucoup d’énergie grâce à la contribution des membres de la commission. A terme, l’objectif de mir’arts est de dresser, pour la première fois en Suisse, un véritable état des lieux de la création artistique des personnes avec un handicap mental. Cette action vise à sensibiliser les politiques sociales, les institutions, la société, les médias, ainsi que les familles et les proches des artistes en situation de handicap, sur l’importance d’accorder une place à leurs pratiques artistiques.
 
Mir’arts reçoit un très bon accueil auprès des artistes handicapés, ainsi que de leurs proches, heureux de voir leurs œuvres publiées dans le coffret, sur le site web, ou exposées dans le cadre d’événements réalisés ou coproduis par mir’arts.
Nous sommes sollicités par les animateurs d’atelier lorsqu’il s’agit de stimuler des synergies avec d’autres lieux de création, de monter une exposition, de relayer l’information sur leurs initiatives, de drainer un public, etc.
Notre satisfaction, c’est de poursuivre les objectifs de l’association, de répondre à un besoin réel et au manque d’attention suffisante portée à ces pratiques artistiques qu’il est urgent de combler. 
 
Nous avons l’impression que les institutions à l’origine de mir’arts, et d’autres qui ont suivi, ont développé un « cercle vertueux » de concurrence positive à la suite des nombreuses initiatives réalisées ou coproduites par mir’arts. Nous recevons des signes encourageants. 
Notre travail de prospection, de réflexion, de réseautage, est une pierre dans un édifice en construction. Nous espérons que la Suisse signe et ratifie très prochainement la Convention de Nations Unies. Dès lors, les politiques sociales pourront soutenir la participation des personnes handicapées à la vie culturelle.
Il faut toujours garder une vision aussi large que possible de ce que nous faisons au quotidien.
 
Techniquement, le projet mir’arts est reproductible partout ailleurs. Dans la réalité, il se nourrit de l’apport spécifique des personnes qui l’ont créé et qui le soutiennent. L’environnement, le contexte de la Suisse romande dans lequel il se développe, oriente également son processus de manière spécifique.
 
Pour tous ceux qui liraient cette fiche et souhaiteraient mettre sur pieds un projet du même type :
Prendre contact avec nous sans tarder !
 
Ci-dessous, tableau de Pierrette BERTOLA :
Langue d'origine : Français
Mots-clés associés : ,
PINTO ANNE
03/02/2013 19:04
SUPER VOTRE PROJET
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: