Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Rayon d'espoir Les clubs du Samedi, pour les enfants différents et les autres, un facteur d'intégration choisi par Rayon d'espoir, Liban
Pour aller plus loin
Rayon d'espoir
  • Ara-al bassatine Imm. Nmeir 174 Zahle Liban
  • 00 961 8811327
  • rayondespoir@nullhotmail.com
  • chebli
  • rayondespoir@nullhotmail.com


Les clubs du Samedi, pour les enfants différents et les autres, un facteur d'intégration choisi par Rayon d'espoir, Liban

  • Intégration scolaire
  • Asie : Liban
  • Fiche d'expérience

Par chebli le 20/09/2010

Au Liban ,à Zahle ,le « club du samedi » mis en place par l'association Rayon d'espoir a permis de faire tomber les tabous .

Au  Liban ,à Zahle ,le « club du samedi » mis en place par l’association Rayon d’espoir a permis de faire tomber les tabous .Accepter  et partager ensemble des activités entre enfants « normaux » et handicapés est un pas vers la tolérance  et le dialogue sans préjugés.

« Le club du samedi «, un exemple d’ intégration : N’ayons pas peur de nos différences.

 

Le contexte

 

L’association  Rayon  d’espoir  a été créée  dans la ville de Zahle  au Liban  dans la plaine de la Bekaa. Depuis  avril 2000 ; elle est  agréée  par le ministère de l’intérieur  sous le nom  de Rayon d’Espoir.

 

La création de l’institution  fut  avant tout motivée par le désir de répondre à un besoin concernant les personnes handicapées mentales  de Zahle et de  sa région. Rayon d’Espoir répond à un réel besoin  dans  la plaine de la Bekaa. L’insuffisance d’institutions spécialisées est flagrante ; il y a seulement 13 institutions qui s’occupent du handicap  pour un bassin de population d’environ   un million  de personnes. De plus sur les 13, seules  6 associations  accueillent  des enfants  handicapés mentaux.

L’isolement social  de personnes handicapées ainsi que de leurs familles est important au Liban.

 

Le handicap est encore considéré comme une honte et un tabou ; il n’y a pas de détection précoce des enfants handicapés, seulement  au  moment de la scolarisation. La réponse de l’état est inexistante ; il n’y pas de suivi personnalisé.

 

La participation financière  de l’état  ne couvre que partiellement  les frais de fonctionnement  du centre et  la  très grande majorité des parents d'élèves  ne  contribuent pas aux frais  de scolarité faute de moyens.

 

Rayon d’espoir  est un institut  qui  accueille près de 125 personnes  ayant  des besoins spéciaux tels  que  des retards  mentaux  légers et lourds, des retards scolaires et sociaux culturels, des troubles autistiques ainsi que des handicaps physiques légers. Le centre reçoit  des personnes de toute la région, toutes classes sociales et toutes confessions confondues.

 

Rayon  d’ espoir est constitué  d’ un institut  médico- éducatif ; d’ un institut médico-professionnel et d’ un centre d’ aide par le travail( mise en place  d’ ateliers professionnels  et agricoles ). Le personnel se compose de 23 personnes  salariées dont plusieurs à temps partiel sans oublier des bénévoles et des volontaires (psychomotricienne, éducateurs).

 

Le pole éducatif  englobe tout  ce qui est adressé directement à l’élève : activités scolaires, éducatives, pédagogiques et récréatives. L’encadrement est assuré par des éducatrices spécialisées qui assurent  des cours  scolaires, des activités parascolaires et de sensibilisations  avec de nombreux intervenants extérieurs.

 

Après la guerre de 2006, les enfants sont  restés traumatisés et désœuvrés. Dans le contexte d’une meilleure intégration, nous avons créé  « le club du samedi ». Nous avons souhaité  mettre en place des ateliers très variés : peinture, musique, sport, théâtre, informatique, mais aussi éveil à la citoyenneté, sorties culturelles, ….Le but est de découvrir et développer les talents de chacun.

 

La population qui  fréquente ces activités est mixte, c’est à dire des enfants ordinaires et handicapés.

Nous souhaitions à travers ce projet réussir à mieux intégrer  les jeunes à besoins spéciaux et à éduquer les autres  à la solidarité, ce qui participe à la non discrimination.

 



Finalité de l’expérience vécue

 

L’objectif  du «  Club du samedi » est de favoriser l’intégration de nos enfants auprès  d’autres  enfants ordinaires. Nous  avions auparavant  par l’intermédiaire de notre colonie de vacances commencé à établir  une passerelle entre enfants handicapés et enfants normaux.

 

Nous nous sommes servis de cette  réalisation  pour démarrer le club. En effet nous avons commencé par convaincre  les enfants  de la colonie  de participer  aux activités du club. Le démarrage a été difficile, il a fallu convaincre  les parents  des enfants normaux  que  ceux-ci  pouvaient avoir des contacts et des activités communes avec les enfants  handicapés .Nous avons commencé avec les enfants des membres  du conseil d’ administration  et de la famille  des dirigeants de Rayon d’espoir. Ceci a permis par la suite  une émulation  et une confiance des autres parents.

 

Cette intégration  a demandé beaucoup de patience, de persévérance  et  de conciliation de la part de l’équipe pédagogique qui s’est investi  complètement dans ce projet. Quel meilleur  résultat que de voir des enfants heureux, épanouis, des parents retrouvant  une certaine considération et d’autres enfants et parents acceptant  la différence de l’autre.

 

Le « club du samedi » a été  entièrement  autofinancé   sur  les fonds propres de l’association. Aucune participation  n’a été demandée aux parents pour le fonctionnement du club et pour assurer le transport des enfants  aller et retour.

 

 

La mise en œuvre ? le déroulement ?

 

Le club du samedi a démarré à la rentrée scolaire 2006-2007. 15 enfants normaux de 8 à 15 ans et 25 enfants handicapés  de même âge ont participé  à la première année. Les horaires sont de  9  à  13 heures  dans un local  de l’association  avec le matériel de l’association.

 

Les  activités mises en place sont assez variées :

Théâtre ; musique ; danse ; travaux manuels (sculpture, peinture, gravure, couture,…) ; sorties culturelles ; Classe de neige ;classe verte ;informatique(internet, communication) ;activités sportives(basket,.. ) ; jeux sportifs(Ping-pong, billard, etc..) Cuisine ; ciné-club.

 

Pour  l’encadrement, l’équipe pédagogique fonctionne en alternance  un weekend sur deux  par équipe d’environ 10 personnes. Ceci nécessite  un investissement  en temps pour  la préparation  et l’organisation  des activités. Pour intéresser  les jeunes, il faut être créatif, renouveler  et proposer de nouvelles activités régulièrement. Faire se déplacer des adolescents le samedi matin est difficile car ils sont déjà sollicités par d’autres activités (internet ; club de sport et amis). De plus au Liban, le travail scolaire est souvent effectué le samedi matin.


 

Quels sont les moyens dont vous avez eu besoin ?

 

Au niveau humain ; l’investissement de l’institution  a été  exemplaire ; malgré  les contraintes, l’ensemble de l’équipe pédagogique et administrative  a pris sur son temps pour assurer le fonctionnement du « club du samedi ». Ce club a démarré  sans aide financière  extérieure. Le manque de financement  a été un frein  à la pérennité du projet. L’ensemble des équipements (matériels, locaux et véhicule de transport) a été fourni par Rayon d’Espoir. Pour des raisons financières, le club a été mis en sommeil en 2009.

 

 

Quelle évaluation faites-vous de cet accompagnement ?

 

Dire que les objectifs ont été atteints dans leur intégralité ne serait pas la vérité mais ils ont permis de faire un premier pas vers la reconnaissance de l’enfant handicapé. Accepter  que l’autre soit différent  a permis  d’initier un échange  et de faire tomber certains tabous entre les enfants et  les parents.

 

L’enfant handicapé se sent valorisé ainsi que ses parents. Les enfants normaux ainsi que leurs parents apprennent la tolérance et l’affectivité. L’équipe pédagogique voit dans cette démarche une suite logique qui va dans le sens de l’autonomie.

 

Les difficultés ont  été surtout d’ordre financier. Convaincre les parents d’enfants normaux a été un travail  de longue haleine et qui pouvait être  remis en cause à tout instant. La motivation et la créativité de l’équipe  sont  une des conditions de la réussite du « club du samedi ».

 

Nous espérons redémarrer  « le club du samedi » pour la rentrée 2010 avec la participation financière d’ASMAE .Sans argent, rien n’est possible ; un budget de fonctionnement est nécessaire ainsi que de nouveaux investissements en matériels (informatique, instrument de musique et divers matériaux pour les activités artistiques).

 

 Cette démarche peut être initiée dans la plupart des associations avec une implication et une motivation de l’équipe éducatrice.

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: