Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil L'ARCHE à Paris Changer de regard sur le handicap mental à travers l'exposition Persona Très Grata, L'Arche à Paris, France.
Pour aller plus loin
L'ARCHE à Paris
  • 39-41 rue Olivier de Serres 75015 PARIS France
  • 01 42 50 06 48
  • Nicolas Favreau
  • nf@nullnicolasfavreau.fr


Changer de regard sur le handicap mental à travers l'exposition Persona Très Grata, L'Arche à Paris, France.

  • Vie sociale et quotidienne
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Nicolas Favreau le 03/02/2011

La vie auprès de personnes avec une déficience intellectuelle peut être drôle. C'est à partir de ce postulat que l'exposition Persona très grata a vu le jour.


EXPOSITION PERSONA TRES GRATA

Présentation de l’ARCHE

 

L’ARCHE à Paris se situe dans le 15ème arrondissement, au cœur du quartier Convention. L’ARCHE à Paris appartient à la Fédération de L’ARCHE en France et à l’ARCHE Internationale qui regroupe plus de 130 lieux de vie dans 35 pays sur les 5 continents.

 

L’ARCHE à Paris propose des structures à taille humaine, ce sont ainsi 5 à 6 personnes qui vivent dans les foyers, ce nombre restreint permettant de conserver une ambiance familiale et chaleureuse et de rester axé autour du projet de la personne.

 

L’Association accueille des jeunes volontaires dans le cadre du service civique. Ces derniers sont anglais, allemands, français et viennent vivre durant une année une expérience originale en partageant le quotidien des personnes avec un handicap mental.

 

L’ARCHE n’est pas un simple lieu de prise en charge et s’inscrit dans un projet communautaire où le vivre ensemble est important

 

Actuellement l’ARCHE accueille 58 personnes. Les personnes accueillies sont tous des adultes, hommes et femmes, ayant un handicap mental. Le réseau de l’ARCHE à Paris est estimé à 200 personnes (en comptant le personnel, les amies …)

 

L’Association dispose d’un centre d’activités de jour, de 3 foyers d’hébergement, d’un foyer de vie, d’un SAVS, et de studios regroupés.

 

L’EXPOSITION

 

Un public parfois difficile à trouver

 

Nicolas Favreau, créateur de l’installation Persona très grata, est scénographe et réalisateur de films institutionnels et documentaires sur le handicap mental. Selon lui, la grande difficulté, lorsque l’on réalise des projets ayant pour sujet la déficience intellectuelle, est celle de faire déplacer les gens. En effet, le public est en général concerné par ce domaine et déjà sensibilisé. Très peu de gens profanes en matière de handicap  font la démarche de la découverte. Cela reste donc très compliqué d’élargir le champ de diffusion, de sensibiliser davantage.

 

Il faut donc trouver des concepts, des projets susceptibles d’intéresser le grand public. Si celui-ci ne se déplace pas, il faut donc aller à lui en organisant des manifestations là où il se trouve : dans la rue, dans les gares etc.

 

Mettre l’accent sur la richesse du handicap
 

La vie auprès de personnes avec une déficience intellectuelle peut être drôle. C’est à partir de ce postulat que l’exposition Persona très grata a vu le jour. Les personnes atteintes de handicap mental ont un sens de la fête très aigu, un sens de l’humour et une philosophie qui leur sont propres. L’exposition a voulu mettre cela en valeur, et ne pas insister sur le caractère grave qui caractérise le handicap mental.

 

Elodie Perriot, photographe et reporter dans une ONG, concentre son travail sur les personnes en difficultés ou touchées par la maladie. Elle photographie toujours les gens de face, et ne biaise pas sur le handicap ou la maladie.

 

Les portraits réalisés pour l’exposition ont pour objectif de placer les visiteurs dans un univers particulier, face à des photos graves, mais aussi poétiques et humoristiques, en imaginant qu’au gré d’une déambulation, ils puissent tout d’un coup tomber sur une perle, une maxime qui les frappe. Les visiteurs sont accompagnés, tout au long de leur parcours, par une bande-son d’une grande créativité, réalisée par Benoit Chabert d’Hières, reflétant l’univers de la personne handicapée.

 

Le visiteur entre ainsi dans un espace rectangulaire et se retrouve face à d’immenses portraits sur fond noir. Les personnes photographiées sont magnifiques, dignes. Elles regardent le visiteur, lui procurant ainsi l’étrange sensation d’être observé.

 


La mise en place du projet

 

Trouver un lieu à Paris pour l’exposition semble avoir été la grande difficulté. Il aura suffi d’un unique coup de fil au Centre culturel du Canada, sans même envoyer le projet, pour obtenir un accord de principe. Le lieu a même été prêté gratuitement. C’est donc le Canada, pays du fondateur de l’Arche, Jean Vannier, qui a accueilli pour la première fois Persona Très Grata.

 

La Maire Adjointe de Paris chargée des personnes en situation de handicap, Véronique Dubarry a apporté son soutien, qui a d’ailleurs reçu le Prix Coup de cœur du Mois Extra-ordinaire  2008

 

L’exposition a été réalisée en collaboration avec quatre étudiantes de Pôle Paris Alternance, désireuses de participer à un projet associatif dans le domaine du handicap dans le cadre de leurs études de commerce-communication. Elles se sont fortement impliquées dans ce projet, ont été amenées à trouver des financements. Il existe d’ailleurs une version light de l’exposition, qui a été mise en place dans leur école. Les 4 étudiantes ont continué à porter le projet, ce qui est vraiment formidable. http://www.etnoka.fr/static/page/etudes/magazine/onditcap/7

 

Le projet a été financé par la Mairie de Paris, des entreprises privées et des fondations ayant l’habitude de financer les projets concernant le handicap.

 

Le coût de l’exposition a été assez élevé (entre 22000 et 24000 euros), en raison notamment de la technologie utilisée. Il s’agit d’automatiques, c’est-à-dire de vidéoprojecteurs tournant sur 360 degrés, programmés par ordinateur. Ils permettent la projection préprogrammée des textes. Les gens marchent et arrivent devant le portrait sur lequel une perle s’affiche.

 

Mais ce coût est désormais moins important puisque l’exposition est entièrement fabriquée.  Des négociations sont aujourd’hui en cours avec deux autres lieux pour la refaire. C’est donc une exposition itinérante, que tout le monde ne peut pas s’offrir, mais qui est un excellent investissement en terme de communication sur le handicap pour une entreprise ou une région.

 

 

Une réussite à tous points de vue

 

 

Cette exposition a suscité une grande fierté de la part des personnes. Le fait d’être dans un lieu prestigieux, rassemblant beaucoup de monde, a permis aux personnes handicapées de se sentir valorisées. Un excellent rapport de confiance s’est instauré et les familles ont été très soutenantes.

 

L’exposition a débuté en juin et a duré 12 jours, le bouche à oreille a parfaitement fonctionné. De même, un papier dans le Parisien ainsi que dans Paru Vendu n’ont fait que renforcer la notoriété de celle-ci.

 

Au cœur de l’installation, un libre service de cartes postales avec les perles a été mis en place, de manière à ce que les visiteurs repartent avec un souvenir, une trace de l’exposition et gardent ces cartes postales chez eux. Les visiteurs ont été touchés par la philosophie, l’humour ou la poésie des perles.

 

Quelques exemples de perles :

-         « Je t’appelle pour te demander de mes nouvelles »

-         « Je veux bien faire Paris By Night, mais ce matin ! »

-         « Je suis sensible à la fleur de peau »

-         « On n’a pas vu mercredi passer, On est déjà mardi »

 

Une version internationale actuellement en cours de préparation

 

L’Arche à Paris travaille aujourd’hui à une version internationale. La photographe Elodie Perriot a déjà parcouru Haïti , le Burkina Faso, l’Inde, l’Egypte, les pays de l’est… afin de rassembler un certain nombre de portraits. En ce moment même, elle essaie de trouver des financements pour aller au Japon et aux Etats-Unis.

 

Par la suite, l’idée est de recueillir des perles provenant de tous les pays du monde. La récupération de ces perles est un véritable challenge, car elles doivent avoir pour vocation d’être comprises par tous. Une phrase peut ainsi ne rien signifier au Japon alors qu’elle prendra tout son sens en Inde. Mais une chose est certaine, le caractère évolutif et créatif de l’exposition ne peut que garantir son succès !

 

 

 

Pour en savoir plus : www.elodie-perriot.com et www.persona-grata.eu
http://www.archeaparis.org/index.php
http://www.personatresgrata.org/

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: