Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER Reconnaitre et valider les compétences professionnelles des travailleurs de l'ESAT Mosaïc, les Ulis France
Pour aller plus loin
FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER
  • 17 rue de l'Egalité 92290 CHATENAY-MALABRY France
  • 01 46 29 59 00
  • contact@nullamisdelatelier.org
  • leguennic
  • n.leguennic@nulllesamisdelatelier.org
  • ESAT du Parc de Courtaboeuf - Mosaïc Services


Reconnaitre et valider les compétences professionnelles des travailleurs de l'ESAT Mosaïc, les Ulis France

  • Travail et activité : Travail adapté
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par leguennic le 06/08/2010

Résumé : La reconnaissance des compétences, après un parcours motivant faisant apparaître une progression, a permis à des travailleurs en ESAT de s'appuyer sur un savoir faire reconnu et d'être valorisés. L'établissement s'est inspiré du dispositif "différent et compétent" coordonné par l'Association Régionale des ESAT de Bretagne.

Le contexte, un environnement porteur

L’Etablissement et Service d’Aide par le Travail « Mosaïc » est situé aux Ulis au sud de l’Essonne en Ile de France, dans le parc d’activités de Courtaboeuf, qui regroupe 25 000 emplois.
L’ESAT a trois pôles d’activités : un restaurant ouvert au public, une blanchisserie industrielle et un pôle conditionnement, sous-traitance. Les activités bénéficient de cette implantation en zone industrielle, les salariés des entreprises viennent y déjeuner et utilisent les services de la blanchisserie.
Les travailleurs sont des personnes en situation de handicap mental ou souffrant de troubles psychiques. Ils sont orientés vers l’ESAT par la Maison Départementale des Personnes Handicapées.
Une équipe de 13 personnes accompagnent les 80 travailleurs. Outre le directeur, la chef de service l'assistante de direction et la psychologue, elle est composée de trois moniteurs sur le pôle sous-traitance, trois en restauration et quatre en blanchisserie.

Un accompagnateur socio professionnel est chargé entre autre des soutiens individuels et de la mise en œuvre de « la reconnaissance et de la validation des compétences professionnelles des travailleurs ».

Une double finalité : valider et valoriser

Depuis quelques années, le sujet de la compétence professionnelle des travailleurs en ESAT anime de nombreux établissements en particulier en région Bretagne sous l’impulsion du dispositif  "différent et compétent " coordonné par l'ARESAT.
A Mosaïc, Nous sommes partis d’un constat. La Validation des Acquis de l’Expérience proposée pour les travailleurs en ESAT, si elle présente un intérêt, n’est pas adaptée à toute les personnes que nous accueillons dans nos structures de travail protégé.


Nous cherchions donc une autre porte d’entrée, qui permette de mettre en évidence les compétences professionnelles des travailleurs. Nous cherchions à avoir un nouveau regard sur la personne, reconnaître son savoir faire acquis au cours des années de travail. Valoriser le travail réalisé en ESAT est l’un de nos objectifs en y associant le bien être de la personne dans son lieu d’exercice professionnel.


La mise en place

Au printemps, lors de réunions pour tous les travailleurs de l’ESAT, nous avons présenté ce projet de reconnaissance des compétences professionnelles. Quatre d’entre eux se sont inscrits dans la démarche pour cette première année.


Un schéma représentant un chemin avec des virages, nous a permis de donner du sens à ce projet. (CF pièce  jointe) Chaque travailleur est différent et se situe donc à un endroit qui lui est propre sur ce chemin. L'idée c'est de pouvoir se positionner sur ce chemin à un moment donné, pour d'une part contempler tout le chemin parcouru et d'autre part identifier plus facilement les axes de progrès sur lesquels il sera pertinent de travailler.

Pour que chacun approche au mieux son propre potentiel et ses difficultés, nous avons utilisé les référentiels métiers inspirés de ceux que l'on utilise dans le milieu ordinaire, mais déclinés en compétences intermédiaires, pour le rendre accessible aux différents travaux proposés à MOSAÏC. Nous avons travaillé à partir d’un référentiel déjà élaboré par Différent et Compétent disponible auprès de l’ARESAT. Nous avons fait apparaître dans un 1er temps des compétences de type concrètes, des gestes professionnels acquis
Puis nous avons élaboré une progression faisant appel à une capacité d’abstraction, de faire ce geste, le comprendre, expliquer la raison d’un tel geste et ensuite de pouvoir le transférer dans un autre contexte d’activités, d’en repérer les différentes étapes.

 

Nous sommes bien dans une logique cognitive et non dans une approche comportementale de la personne. Nous raisonons par rapport à la compétence, le savoir faire, la compréhension de la personne, et non par rapport à sa capacité à executer des tâches alliénantes.

Par exemple : en blanchisserie

1er type de compétence : le linge doit être marqué à la réception, le travailleur va effectuer cette tâche : Il sait contrôler.

2ème type de compétence : Il a perçu l’ensemble de la production, il a une vision globale de son activité. Il a compris comment allait circuler le linge dans l’atelier. Il sait que cette étape est primordiale pour les personnes qui sont en fin de chaîne. Il est en mesure de la décrire et de l'expliquer.


Dans chaque atelier les tâches sont détaillées par volet de compétences :

- Organisation de la production, décrire son poste de travail, nommer les outils nécessaires à la production
- Consignes de sécurité, d’hygiène, les applique t’on par obligation ou bien en a-t-on compris l’intérêt et la nécessité.
- La communication autour des évènements de production, savoir réagir dans l’atelier aux situations diverses et être en mesure de les transmettre.
- L’aspect socio professionnel, la personne se positionne t’elle comme travailleur, personne qui connaît son milieu de travail ?

Ce référentiel nous permet d’établir une photo de la personne à une période donnée. Par ailleurs, le travailleur se positionne, en déterminant une activité particulière qu’il maîtrise bien, là où il estime mobiliser le maximum d’expérience et de compétences, ceci pour constituer un dossier personnalisé de présentation de son activité professionnelle. L’élaboration de ce dossier se fait sur des durées variables en fonction de la curiosité et de l'application de la personne. Il décrit le cadre de son activité, les matériaux, les outils, y intègre des photos.

La remise des attestations de Compétences

En fin d’année, une journée appelée Conseil des Compétences est organisée en présence de professionnels. Par exemple (Le directeur des exploitations de l’alsacienne de restauration : notre gérant, le directeur adjoint de la Pépinière d’entreprises, un moniteur d’atelier en ESAT, une monitrice milieu bureautique, ont participé cette année).
Les dossiers des travailleurs ont été envoyés au préalable aux membres du Conseil des compétences. Une salle particulière a été retenue. Les quatre travailleurs - 2 en sous-traitance, 2 en restauration- ont présenté leurs dossiers, et échangé avec les professionnels.

Les moyens mis en œuvre

Ce projet a nécessité des rencontres régulières d’environ une heure par semaine avec chaque travailleur pendant l’année. La régularité est nécessaire, elle permet de maintenir la motivation des personnes. Les moniteurs des ateliers sont impliqués fortement dans la dynamique, l'activité de production est le principal support à la mise en place de ce soutien
Il n’y a pas de ressources particulieres, si ce n’est d’entretenir un dynamisme et l’attention de l’équipe régulièrement autour de l’avancée du projet. Il est primordial de se donner le temps nécessaire à l’appropriation de la démarche, pour tous les acteurs inscrits dans le dispositif. La constitution du Conseil des Compétences ne doit pas être non plus laissé au hasard, il est important que les membres aient au préalable une connaissance de ce que nous voulons véhiculer par ces rencontres.


Evaluation, limites et bilan

Les travailleurs sont fiers de présenter le travail effectué, dynamisés par le regard des autres. Ils sont reconnus par un travail bien fait. Ils ont quelque chose de solide en main, peuvent s’appuyer sur leur savoir faire reconnu, ils sont valorisés. De la confiance en soi est générée, chacun a envie de progresser dans divers domaines de sa vie. Une émulation se crée entre les différents travailleurs.
Ce travail est porté par une équipe de professionnels, le directeur étant celui qui en permet la réalisation dans sa totalité. Cela demande de la rigueur, du suivi, de ne pas se relâcher.
Une première étape a été franchie dans l’ESAT, d’autres personnes s’investiront dans cette démarche. L’établissement en son entier recueille les fruits de cette reconnaissance des compétences, elle crée un dynamisme, un souhait de progresser.
Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: