Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER La piscine : une activité pour « se plonger dans la vie sociale » à la Résidence des Amis France
Pour aller plus loin
FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER
  • 17 rue de l'Egalité 92290 CHATENAY-MALABRY France
  • 01 46 29 59 00
  • contact@nullamisdelatelier.org
  • morin
  • morin.cie@nullwanado.fr
  • La Résidence des Amis


La piscine : une activité pour « se plonger dans la vie sociale » à la Résidence des Amis France

  • Travail et activité : Activités de jour
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par morin le 06/08/2010

La situation d'isolement d'un Résident a mobilisé des énergies, de l'attention et de ma part et de celle de l'Equipe. Nager lui a permis de ne pas partir à la dérive.
La situation d’isolement d’un Résident a mobilisé des énergies, de l’attention et de ma part et de celle de l’Equipe. Nager lui a permis de ne pas partir à la dérive. La piscine a joué le rôle de médiateur pour l’inviter à recevoir l’attention que nous lui portions. Elle lui a permis de réintégrer très progressivement la vie collective.

Contexte :
La Résidence des Amis, située à Châtenay Malabry, ville du Sud des Hauts de Seine, est un Etablissement de l’association « Les Amis de l’Atelier ». Elle accueille 24 personnes en situation de handicap mental et psychique. En journée 12 personnes sont au Centre d’Initiation au Travail et aux Loisirs de Chatillon, 12 autres restent à la Résidence. Les activités proposées visent le bien être et la valorisation de soi au travers de divers ateliers : esthétisme, randonnées douces, piscine, soins corporels, ... .

L’isolement interroge :
Depuis plusieurs mois, un Résident s’isolait du groupe, son rythme de sommeil était perturbé, il s’endormait à trois heures du matin, se levait très tard dans la matinée. Dans la journée, il s’isolait dans une salle de réunion, où il avait vue sur la vie à la Résidence. Il devenait agressif, était difficilement abordable. Nous étions parfois dans la crainte de ses violences. Dès qu’un Résident était bruyant ou qu’un membre de l’Equipe entrait dans son cercle, son espace, il manifestait son mécontentement, parfois avec force voire violence, provoquant davantage son isolement.
Comment l’aider à rétablir des liens, à renouer avec une vie sociale ?

Questionnement, ouverture à l’autre, temps nécessaire pour se remettre à l’eau :
Partant de ce constat j’ai cherché une activité qu’il apprécie, où il se sente à l’aise. Une Educatrice m’avait informé de l’activité piscine dans laquelle il excellait étant plus jeune. Il avait même obtenu un brevet de natation de 50 mètres. Il est le seul de l’Etablissement à posséder ce brevet.
J’ai donc abordé avec lui, la possibilité de reprendre cette activité, où nous irions à deux.
Régulièrement, je lui reparlais de ce projet. Les autres membres de l’Equipe ont aussi pris le relais lors de mes absences. La Psychologue l’a accompagné dans ses difficultés .Nous avons fermé la salle dans laquelle il s’isolait et proposé une intégration dans les activités.
Puis je lui ai indiqué une date. Sa réponse a été négative : « Non, j’veux pas ! ». Par la suite, il ne semblait plus entendre ma proposition. Puis, soudainement à l’approche de la date, il a pu dire à une Educatrice qui passait : « mardi on va à la piscine ! ».
Nous sommes partis, le jour prévu à la piscine du Plessis Robinson, qui a deux bassins : un petit bassin, peu profond et un grand bassin. Je pensais lui proposer le petit bassin, mais il est spontanément entré dans le grand bain et s’est mis à nager le crawl. Il a effectué plusieurs longueurs, en étant attentif aux autres personnes, les laissant passer pour ne pas bousculer. Il m’était parfois difficile de le suivre.
Depuis, j’essaie d’y aller, avec lui, le plus souvent possible.

Moyens qui nous aident :
Nous bénéficions d’une piscine à proximité. Nous y allons en voiture, de préférence entre midi et deux heures.
J’ai la chance de pouvoir me consacrer pleinement à ce temps avec lui, ayant conscience que nous ne pouvons faire de même avec tous les Résidents.
La Psychologue, la Psychomotricienne, le Maître-nageur de la piscine et toute l’Equipe sont impliqués, à des degrés divers.

Un petit sillage :
Nous n’avons répondu pas à tous ses besoins, ni réglé toutes ses difficultés d’intégration dans la vie de la Résidence, mais nous constatons des progrès notoires.
Cette activité lui permet de renouer avec une réussite, il apprécie ce temps. Lorsqu’il revient, il est félicité par les membres de l’Equipe. Cela le rend heureux. Progressivement d’autres Educateurs peuvent l’accompagner.
Alors qu’il refusait toute activité extérieure, maintenant il se rend au marché. Il participe à des ballades collectives au parc de Sceaux. Cela modifie ses relations avec les autres, ses parents sont heureux de cette évolution.
Bien que ce soit toujours difficile, il se lève plus tôt le matin et peut ainsi davantage participer à la vie de l’Etablissement. Il respecte mieux certaines règles d’hygiène.

Permettre cette réintégration dans la vie sociale demande du temps, de la patience, de l’imagination. C’est une attention de presque tous les instants. Il a été difficile de fermer la salle dans laquelle il s’isolait.

Pour ma part, actuellement en formation de Moniteur-éducateur, j’ai pu aborder cette difficulté d’accompagnement avec mon Maître d’apprentissage et l’Equipe. La parole permet de prendre du recul, de mieux comprendre certaines situations, d’accepter les refus sans qu’ils soient une remise en cause personnelle et de repartir vers d’autres projets avec les Résidents.
Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: