Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Les Tout-Petits Participation des residents de la MAS au Conseil de la Vie Sociale, Les Molières, France
Pour aller plus loin
Les Tout-Petits
  • 5 rue de Cernay 91470 LES MOLIERES France
  • 01 60 12 12 10
  • siege@nulllestoutpetits.fr
  • derouette
  • masmolieres@nulllestoutpetits.fr


Participation des residents de la MAS au Conseil de la Vie Sociale, Les Molières, France

  • Vie sociale et quotidienne : Autre
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par derouette le 06/08/2010

Résumé : Les résidents polyhandicapés de cette Maison d’Accueil, longtemps absents du CVS, ont pu y participer grâce à l’implication des professionnels et à une forte culture de la communication par pictogrammes. Ils y tiennent une place réelle et sont écoutées, même si leur représentativité n’est pas encore aussi large que souhaité.

Une MAS - Maison d’Accueil Spécialisée -pour adultes aux Tout-petits
La MAS installée aux Molières, un village de l’Essonne, a été créée en 2000 pour accueillir en partie les adultes en provenance de l’établissement pour enfants polyhandicapés mais également de toute l’Essonne et un peu des Yvelines ou banlieue Sud de Paris. L’histoire des Tout-petits remonte à une pouponnière créée par un médecin dans les années 60, qui a donné naissance à l’EEP – établissement pour enfants-, puis à la MAS.
Les résidents dont la moyenne d’âge est de 28 ans, souffrent d’atteintes diversifiées regroupées dans le vocable polyhandicap utilisé pour l’agrément. Le handicap physique est présent aux côtés du handicap mental,- toujours difficile à mesurer-, et sensoriel La plupart des résidents ne parlent pas, certains utilisent un code de communication, d’autres quelques mots de langage. Quelques uns ne voient pas ou n’entendent pas. Le fonctionnement de l’établissement est très ouvert pour les 44 résidents dont quatre sont externes. Le retour en famille se fait selon la demande des parents qui bénéficient par ailleurs d’un studio pour rester quelques jours avec leur fils ou leur fille.
Dans ce contexte a été mis en place un Conseil de la Vie Sociale suivant la loi de 2002. Il a fonctionné assez longtemps avec les seuls représentants des familles, du personnel, de l’association et de la mairie.


Finalités
La question de la participation des résidents à ce Conseil se posait. Elle devenait d’autant plus actuelle que nous avions impliqué des résidents dans la vie de l’établissement par le biais d’un Comité d’animation et de sorties extérieures. Puisque certains possèdent des codes de communication, ils peuvent être compris de leur entourage et donc être associés à des choix.
Une autre expérience a été faite au niveau de la commission des menus, mais cette fois avec deux participants réguliers, qui avaient des codes facilement décodables par tous et non par les seuls professionnels. Ils étaient étonnants de présence. Leur participation, leur goût a permis la manifestation de vrais choix quant à tel ou tel plat proposé.
D’avoir vécu ces petits moments de participation nous a fait plaider fortement pour leur présence au CVS auprès de la direction. Invitée à présenter cette proposition à la fin d’un Conseil, j’ai observé de la part des familles une absence de réaction, un flop ! L’administratrice déléguée a prêté une oreille attentive à la proposition et s’est positionnée en sa faveur.
En fait l’objectif était de ne pas les couper des instances de réflexion. Même si tous ne le peuvent pas, certains d’entre eux sont capables d’entendre et de donner un avis. C’est leur maison. Nous ne voyons pas de raison de les écarter de ce CVS.
Notre objectif a été dès lors de leur donner les moyens pour qu’ils aient une vraie place.


Une mise en place progressive
Nous devions dès lors faire la preuve de cette participation possible des résidents. Nous avions l’accord du C.V.S. mais tout restait à penser et à organiser. Nous avons convenu en équipe qu’une élection n’était pas adaptée. Nous nous sommes plutôt tournées vers des résidents qui participaient à l’atelier « Picto.com », un lieu où s’élaborent des pictogrammes pour faciliter la communication dans la maison. Deux résidentes se sont manifestées, bien que je ne sois pas sûr qu’elles aient compris tous les enjeux au départ.
Ces deux personnes ont une intelligence assez bien préservée, elles ont un code de communication assez clair. Pour d’autre il est plus difficile de dire.
On leur a expliqué à l’aide de pictogrammes le rôle du CVS. Elles sont allés présenter ces pictogrammes, à l’ensemble des résidents qu’elles allaient représenter.
Lors du premier CVS, elles se sont contentées d’expliquer ce qu’elles avaient fait auprès des groupes, toujours par l’intermédiaire des pictos.
L’utilisation quotidienne de ce support de communication dans la maison a été essentielle pour la réussite de la démarche.
Ce qui a été décidé pour chaque réunion, c’est que les résidentes présentent un point d’ordre du jour, soit une information sur la vie de la MAS, soit une activité (comme la difficulté éprouvée à l’entrée d’Eurodisney par des polyhandicapés).
Une éducatrice est référente de ce projet pour comprendre ce dont les représentantes ont envie de parler. On privilégie d’abord le travail sur leur participation à elle. Elles ne tournent pas beaucoup sur les groupes avant un CVS. La participation des autres résidents reste à mettre en place.
La réaction des membres du CVS a été rapidement positive. Ils ont compris qu’il y avait une place possible. Si quelque chose les intéresse, elles se manifestent. Mais il faut reconnaître qu’il n’y a pas toujours le temps ni les pictos disponibles pour leur permettre de s’exprimer pleinement
Le CVS se réunit trois fois par an. Il donne lieu à un compte rendu diffusé aux membres. L’éducatrice relit le compte-rendu aux deux résidentes. Un classeur contenant les comptes-rendus est consultable à l’accueil.


Les Pictogrammes ou pictos, un outil de communication et une culture
Le groupe picto.com a une longue histoire. Après une formation sur la communication, un groupe de professionnel a entraîné quelques résidents pour leur apprendre à communiquer avec ce média. Ils ont été les promoteurs des pictos dans la MAS. Chaque pièce de la maison est codifiée par un picto. Les plannings sont faits avec des pictos ainsi que les menus. De même les projets de sorties au restaurant, au musée sont « pictogrammisés ».
Même si le groupe n’est plus aussi vivant, la culture est dans l’établissement.

Bilan, limites, évaluation.
Ce qui reste à travailler, c’est la représentativité. Elles ont déjà fait deux mandats. Quelques résidents sont très présents et écoutent ce qui se dit. Il faut leur permettre une forme de représentativité. Il faut aussi améliorer les retours aux résidents.
Cela demande beaucoup de temps pour comprendre ce qu’elles ont à dire et comment elles réagissent. Les participants doivent être patients. Mais leur présence a complètement changé l’esprit et la façon de tenir ces CVS.
Les premières réunions tournaient autour du vécu des parents. La présence des résidents a impliqué les professionnels. Les parents les regardent lorsqu’on parle de sujets qui les touchent de près. Je pense que ce n’est pas parce que les résidents ont peu de moyens de communication qu’ils doivent être écartés des CVS. Ils comprennent en partie ce qui se dit. La participation c’est aussi regarder ce qui se passe à partir du moment où il y a une volonté d’accueillir leur présence. La question est : est-ce que ça intéresse les membres? Je pense néanmoins qu’il faut que le CVS soit prêt à les accueillir.
Je pense qu’il serait bon d’assurer un renouvellement en organisant un passage de relais. L’idée d’un suppléant serait intéressante. On a déjà pensé à une résidente.
J’ai fait un mémoire sur la participation des personnes polyhandicapées. J’y ai montré qu’il y a mille et une façons de faire participer des personnes polyhandicapées, le CVS étant la forme la plus aboutie. Avoir entre professionnels une réflexion sur la participation, est un préalable. Sans notre implication, cette ouverture du CVS n’aurait pas pu avoir lieu.
Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: