Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER « Je dis je par le jeu », une expérience de théâtre à la Guérinière, un foyer de Vie de Morsang sur Orge, France.
Pour aller plus loin
FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER
  • 17 rue de l'Egalité 92290 CHATENAY-MALABRY France
  • 01 46 29 59 00
  • contact@nullamisdelatelier.org
  • gallego
  • lagueriniere@nulllesamisdelatelier.org
  • résidence la guérinière


« Je dis je par le jeu », une expérience de théâtre à la Guérinière, un foyer de Vie de Morsang sur Orge, France.

  • Travail et activité : Activités de jour
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par gallego le 06/08/2010

Etre et se voir différents, une expression permise par l'atelier Théâtre au foyer de Vie la Guérinière à Morsang sur Orge,
Résumé :   Etre et se voir différents, une expression permise par l’atelier Théâtre au foyer de Vie la Guérinière à Morsang sur Orge,
Le théâtre, ça ne s’improvise pas, et pourtant… Une expérience globale de théâtre au foyer de Vie La Guérinière de Morsang sur Orge

Contexte :
Le foyer la Guérinière est un foyer de vie implanté par les Amis de l’Atelier en 2006 à l’appel de la municipalité de Morsang sur orge, commune de 25000 habitants à 25 km au sud de Paris. Cette commune à la particularité d’avoir un fort passé social.
Le foyer accueille 24 résidents internes et 6 résidents externes ainsi que des personnes en accueil temporaire. Les personnes accueillies présentent un handicap psychique et/ou mental.
Les résidents disposent de chambre individuelle avec salle de bain et de locaux collectifs destinés aux repas ou aux activités de jours. Les activités proposées sont les sorties socioculturelles, le sport, la musique, la danse, l’activité aquarium, l’équitation, les activités manuelles, la correspondance,… De plus, les résidents, pour une grande majorité, sont libres de leurs allers et venues. Le weekend, il leurs est possible de rentrer dans leurs familles.

Moyens :
Une directrice, une chef de service, une secrétaire, une infirmière, 3 agents de service, 3 coordinateurs, un agent d’entretien, des veilleurs de nuit, 13 éducateurs, une psychomotricienne, une psychologue et un médecin psychiatre travaille dans cet établissement. 4 professionnels (3 éducateurs et la psychomotricienne) de cette équipe participent à l’atelier théâtre.
L’établissement bénéficie d’un intervenant extérieur en théâtre, Gérard Gallego (site internet : gerardgallego.org) qui a une expérience de comédien et de metteur en scène. Son parcours artistique l’a souvent amené à travaillé avec un public à caractère social. Les interventions de Gérard sont gérer par le budget de l’établissement actuellement.

Le déroulement de l’atelier théâtre :
Au début, une vingtaine de résidents participaient à l’atelier puis un noyau principal d’une dizaine de personne s’est formé. L’activité dure deux heures le lundi matin, elle peut être entrecoupée de pause(s). Gérard Gallego, son assistante, trois éducateurs et une psychomotricienne accompagnent l’activité. Gérard n’a pas de préparation spécifique d’exercices pour le jour mais une bibliothèque d’expériences qu’il utilise en fonction des résidents.

L’accent est mis sur la communication non verbale – le regard est sollicité, réussir à se regarder, à entrer dans la relation,… - et verbale – on n’aide pas forcément un acteur qui cherche, on le laisse dans « le vide » qu’il va lui-même combler ; alors vient sa parole, juste, vraie. On travaille sur les improvisations, notamment par rapport aux sujets qui les intéressent au quotidien, leur propre réalité. Pour la représentation qui se prépare, ce qui importe c’est la mise en jeu, à partir d’une proposition d’expression de leurs désirs. L’an prochain, le fil du spectacle sera donné par le lieu, les « jardins partagés » de Morsang sur orge qui viendront enrichir l’univers du spectacle.
L’assistante de Gérard, les éducateurs et la psychomotricienne jouent et s’impliquent, tout en aidant les résidents à comprendre les demandes du metteur en scène et en les aidant à trouver leur place dans le groupe. Pour les résidents comme pour les accompagnateurs, la mise en place d’un cadre est importante. Chacun doit apprendre à s’adapter à diverses contraintes.
Lors des séances, un accompagnateur prend des notes et les transmet à ses collègues.

Finalités :
Dès l’ouverture de l’établissement, l’expression vivante était présente à travers la danse, la musique, le théâtre d’ombres,… La demande des résidents était de faire des spectacles. C’était un but en soi. Le théâtre est un projet global qui met en jeu l’expression corporelle et communicationnelle des individus. Cette expression est reprise par les éducateurs et la psychomotricienne. Les accompagnateurs s’attardent sur les expressions corporelles et sur les émotions que peuvent transmettre les résidents.
Gérard a, auparavant, rencontré la directrice et l’équipe et a pu mettre en place un projet qui lui a permis de faire un travail de dépouillement auquel il est attaché. Son but est clair : enrichir la vie au sein du foyer, permettre une ouverture sur l’extérieur, mettre en place une écoute mutuelle, et créer un projet ambitieux.
L’objectif intermédiaire après une année, est de présenter le travail en cours lors de la fête du foyer. L’an prochain, la municipalité propose de jouer le spectacle dans les jardins partagés de la ville. Il y aura pour cet évènement à caractère artistique et social, des comédiens professionnels et des personnes de la ville de Morsang sur orge qui viendront se mêler aux comédiens résidents.

Enseignements, évaluation :
La psychomotricienne : Le travail sur les capacités d’écoute, de compréhension, de partage et sur la relation donne des résultats visibles que je retravaille en séance de psychomotricité.
Le travail autour de l’imaginaire permet de mettre en valeur la créativité des résidents ainsi que l’expression de celle-ci. Il convient d’être sensible aux suites éventuelles d’un travail sur l’imaginaire en faisant attention à la perte d’identité des résidents que cela peut provoquer. Le théâtre permet un travail individuel et la mise en place d’une dynamique de groupe. Les résidents sont vus différemment par rapport à leurs propres compétences (connues et inconnues jusque là). Mais le plus important est le plaisir qu’ils prennent à jouer.


L’éducatrice : certains résidents ont su trouver leur place assez facilement dans le groupe. On voit les résidents différemment, j’ai l’impression de mieux les connaître. Certains résidents révèlent leur capacité au théâtre. Ils prennent plaisir à jouer. Il est intéressant de voir les évolutions des résidents.


L’intervenant en théâtre : J’ai proposé lors de l’atelier, un exercice sur le regard : par deux, il s’agissait de regarder l’autre dans les yeux sans s’échapper même pour une micro seconde de la relation à l’autre. Il s’est joué là des moments de grande intensité. Je me souviens de Mathieu qui au début ne pouvait résister à « l’intensité de mon regard » plus d’une seconde et qui après quelques journées d’entraînement me fixait sans plus décrocher pendant plus d’une minute. Le théâtre permet de travailler très concrètement sur le regard porté vers une personne handicapée mentale ou psychique et par là même de réfléchir symboliquement sur le regard que l’on porte sur le handicap en général.
Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: