Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Ecole maternelle "La Graine" (Ankara - 'Çekirdek Yuva ve Aile Danışmanlığı Merkezi') Travaux de groupe dans une classe incluant, au sein de deux différents groupes d’enseignement des arts visuels, un élève porteur d’autisme et un élève porteur de trisomie, Education pré-scolaire, Ankara (Turquie)
Pour aller plus loin
Ecole maternelle "La Graine" (Ankara - 'Çekirdek Yuva ve Aile Danışmanlığı Merkezi')
  • Birlik Mahallesi 409.sokak (eski 13.sokak) No:5 Çankaya / Birlik Mahallesi 14.sokak No:9/A Çankaya 00 Ankara Turquie
  • 0090 312 441 08 81 / 0090 312 495 02 93
  • cekirdekyuva@nullcekirdekyuva.com
  • İrem Didinal
  • iremdidinal@nullgmail.com


Travaux de groupe dans une classe incluant, au sein de deux différents groupes d’enseignement des arts visuels, un élève porteur d’autisme et un élève porteur de trisomie, Education pré-scolaire, Ankara (Turquie)

  • Enfance : Intégration scolaire
  • Asie : Turquie
  • Fiche d'expérience

Par İrem Didinal le 10/07/2013

L'accueil de 2 élèves ayant un handicap mental au sein de deux groupes différents d'enseignement artistique dans une école maternelle : une enseignante du milieu scolaire ordinaire revient sur son expérience.

(Pour lire la fiche en turc, cliquez sur télécharger en bas de la page)

1. L’expérience de quelques mois d’une enseignante d’arts visuels au “Centre de Solidarité Familiale et école maternelle [éducation pré-scolaire] ‘La Graine’ ”

Le Centre de Solidarité Familiale et école maternelle ‘La Graine’ [“Çekirdek Yuva Aile Danışmanlığı Merkezi”] est une institution sérieuse et rigoureuse située à Ankara a développé des activités d’éducation pré-scolaire et de solidarité avec les familles.

Y est proposé un enseignement dans des classes de 10 personnes maximum, pour la période pré-scolaire à partir d’un jeune âge, dans l’objectif d’ouvrir davantage de portes à l’enfant, et l’aider à mieux s’exprimer. Les enfants accueillis ont un âge compris entre 2,5 et 6 ans. Dans cette école maternelle ‘La Graine’ [“Çekirdek”], il est important de bien observer et de mettre en valeur les différences individuelles des enfants et de très bien connaître chaque enfant. L’école met en priorité le principe de respect et d’amour réciproque. Les relations nouées sur la base de ces deux conditions sont placées au sommet de cet enseignement. Toutes les personnes travaillant à l’école apprennent avant tout cette forme de relation, qui consiste à faire connaissance avec l’enfant, connaître ses besoins et lui apprendre le respect en le respectant lui-même.

L’école offre la possibilité de se développer par le biais de toutes sortes d’activités enrichissantes pour l’éveil et l’éducation de l’enfant en maternelle, telles que les arts appliqués (céramique, poterie, dessin, collage), le théâtre, les visites et les activités écologiques. Ce projet a été réalisé et se poursuit avec succès dans le cadre de cette école riche d’une expérience de 15 ans.

Cette fiche d’expérience revient sur la période de 3 mois (avril, mai, juin 2006) pendant laquelle j’ai travaillé à mi-temps en tant que professeur d’arts au sein de cette organisation de l’éducation.

Au sein de cette institution, qui comprend environ 50-60 élèves, à l’époque de mon travail, j’ai pu rencontrer un enfant porteur d’autisme (5 ans) et un autre porteur de trisomie (6 ans), ces deux enfants ayant un handicap mental étant accueillis dans le cadre de l’objectif orientation mis en place par l’école. Avant cette expérience de travail, je n’avais eu aucune autre expérience au contact de personnes ayant un handicap mental.

 

2. L’objectif : développer leurs compétences autonomes, et les voir acceptés comme “normaux”

Les attentes des familles de ces enfants étaient que leurs enfants soit acceptés dans leur vie comme les autres enfants et qu’ils puissent progresser dans la mesure du possible en développant leurs compétences pouvant leur garantir plus d’autonomie [‘auto-soin’, soit l’hygiène, l’habillement, la prise des repas]. En résumé, l’objectif était de leur permettre de faire partie intégrante de la société.

3. Un enfant se sentant comme les autres, participant au mieux et prenant plaisir à produire

N’ayant pas eu auparavant dans d’autres organismes de contexte de relation avec des élèves ayant un handicap, les questions auxquelles j’ai cherché à répondre avant de prendre en charge ce poste d’enseignante ont été des questions appartenant spécifiquement aux classes d’arts visuels en général. Au cours de cette expérience inclusive avec ces deux élèves, leur participation était variable en fonction de leur situation de handicap. La période de mon travail a été trop brève pour que je réussisse à évaluer le degré de conscience de mon élève porteur d’autisme inclu dans le groupe des 5 ans ; en raison de ses difficultés à s’exprimer oralement et de sa courte durée de concentration, j’ai éprouvé des difficultés à nouer une relation avec lui, et à assurer sa participation à l’intérieur du groupe de façon harmonieuse. Tout au long de nos activités, un éducateur spécialisé qu’il aimait beaucoup était à ses côtés pour l’accompagner continuellement.

Quant au second élève, j’ai eu l’occasion de nouer beaucoup plus de relations au cours de la classe. Il pouvait participer aux activités au sein du groupe. Il pouvait exprimer ses sentiments de toutes sortes (amour, joie, énervement). Il pouvait participer à mes activités comme ses pairs. Ses camarades, conscients qu’il était différent et particulier, l’acceptaient en général parmi eux dans les activités, et ne l’excluaient pas, mais parfois ils pouvaient se montrer incompréhensifs face à lui. Cependant, nous avons vécu un processus presque sans différence avec celui des autres élèves pour toutes mes activités relatives au travail et à l’éveil artistique.

Pendant cette période, je suis absolument restée éloignée des préjugés, et n’ai ressenti aucune réticence. Le fait que j’ai eu cette attitude est grâce à l’approche chaleureuse de l’équipe directionnelle et enseignante de l’organisme au sein duquel je travaillais.


4. Les moyens : le matériel d’enseignement général de l’école, et l’apport d’un éducateur spécialisé

Ressources humaines : Au cours du travail avec l’élève porteur d’autisme, nous avons travaillé avec un éducateur spécialisé. Par ailleurs, notre coordinateur de l’enseignement a été d’une grande aide pour chaque question de tous les domaines pouvant émerger au sein de la classe.
 

Techniques et matériel : J’ai utilisé au sein de ma classe tout le matériel et les larges possibilités mises à disposition par l’organisme.

5. Evaluation : Faire des travaux sur différentes techniques et différents sujets, et s’amuser tous ensemble en les faisant

Mon objectif étant de faire des travaux sur différentes nouvelles techniques et différents sujets, et de s’amuser tous ensemble en les faisant, je pense avoir atteint cet objectif. Avec cette expérience, j’ai appris que pour produire chaque jolie chose, l’amour et la patience sans condition et sans préjugé sont un grand pas.
Message aux membres et lecteurs de Handiplanet : Je remercie tous ceux qui ont créé et font vivre cette belle plateforme.

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: