Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Fondation autisme - association agir et vaincre l'autisme La méthode ABA "Applied Behavior Analysis" (Analyse Appliquée du comportement) dans une école pilote à Paris, France
Pour aller plus loin
Fondation autisme - association agir et vaincre l'autisme
  • 4 rue David d'Angers 75019 Paris France
  • 01 53 72 97 15
  • contact@nullfondation-autisme.org
  • lalanne
  • florianelalanne@nullgmail.com


La méthode ABA "Applied Behavior Analysis" (Analyse Appliquée du comportement) dans une école pilote à Paris, France

  • Généralité
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par lalanne le 06/08/2010

La fondation Autisme Agir et Vaincre est née en 2004, elle s'occupe de la recherche à partir de la constitution d'une base de données génétiques. L'association Agir et vaincre l'autisme est, ...



Le contexte


La fondation Autisme Agir et Vaincre est née en 2004, elle s’occupe de la recherche à partir de la constitution d’une base de données génétiques. L’association Agir et vaincre l’autisme est, quant à elle, gestionnaire de plusieurs établissements. L’un d’autre eux est un Institut Médico Educatif (IME) situé dans le 19ème arrondissement de Paris qui propose une prise en charge en « Applied Behavior Analysis » (ABA) traduit en français par « Analyse appliquée du comportement ». Cette structure est ouverte depuis 2 ans.


Je suis chef de service au sein de cet IME depuis le mois de janvier 2010 et j’ai également une qualification de psychologue ABA.


L’IME compte aujourd’hui 15 places, ce chiffre passera à 20 en septembre 2010 puis à 30 en septembre 2011. Les enfants peuvent avoir entre 2 et 14 ans, et actuellement le plus jeune a 4 ans, le plus âgé 13. Ils sont tous diagnostiqués autistes mais de différents types certains plus légers que d’autres.


Sur ces 15 enfants pris en charge actuellement par l’IME, 6 suivent également des cours à l’école en milieu ordinaire. Cette intégration en milieu ordinaire peut se dérouler sur un mi-temps complet voir un peu plus, ou sur seulement quelques heures par semaine.


Au travers de cette fiche d’expérience on s’intéressera plus précisément à la méthode ABA appliquée dans l’établissement.



Les finalités


Les objectifs de la méthode ABA sont multiples. Tout d’abord cette méthode cherche non pas à adapter l’environnement à l’enfant mais au contraire à ce que ce soit l’enfant qui s’adapte à son environnement. La méthode ABA se distingue des autres méthodes sur ce point qui est très important. Le but est donc de remplacer les comportements inadaptés de l’enfant par des comportements adaptés.


Un autre objectif essentiel est de rendre l’enfant le plus autonome possible dans sa vie.

L’objectif ne peut cependant pas être le même pour tous les enfants au regard des différents degrés de handicap qu’ils présentent.


Pour une grande partie d’entre eux l’objectif final est la réintégration du milieu scolaire ordinaire sans avoir besoin d’un accompagnement particulier. Pour d’autres il s’agit de diminuer la situation de handicap à laquelle les enfants sont confrontés par une augmentation des compétences. Le but est de permettre une diminution suffisante pour qu’à l’âge adulte le handicap soit plus léger et donc les prises en charge moins lourdes. Au lieu d’une prise en charge très lourde en Maison d’Accueil Spécialisée il pourra être ainsi envisagé une prise en charge légère dans un appartement presque en toute autonomie avec un travail en ESAT par exemple.



Les familles attendent de la méthode ABA qu’elle permette à leur enfant d’atteindre une autonomie de vie au maximum. Ils souhaitent que leur enfant puisse avoir une vie la plus « normale » possible, en suivant le programme de l’école ordinaire et en ayant un métier comme tout le monde.



Le déroulement

 


Il faut noter que tous les enfants autistes peuvent accéder à la méthode ABA. La différence ne se fait qu’au niveau de la récupération qui peut aller jusqu’à une réintégration en milieu scolaire ordinaire. La seule condition, mais qui n’est pas du fait de l’enfant, est de trouver la porte d’entrée au niveau de la communication et de l’échange avec l’enfant. Il est primordial pour la réussite de l’apprentissage que l’enfant soit intéressé et pour cela il faut rechercher ce qu’il va apprécier.

La méthode ABA se décline en deux types d’enseignement : l’enseignement « structuré » et l’enseignement « incident ». Ces deux techniques sont utilisées alternativement selon les points sur lesquels on souhaite travailler et selon les compétences de chacun.


L’enseignement structuré a pour but le travail d’une seule compétence à la fois. Au travers de différents programmes éducatifs (graphisme, langage, imitation, numération…) on travaillera sur un point donné que l’on va répéter plusieurs fois au cours de la même séance. Par exemple on peut travailler des exercices de graphisme avec des ronds, des points. On réitère les essais jusqu’à l’obtention d’un résultat.


Pour ce qui est de l’apprentissage incident il se déroule dans un environnement plus naturel, dans une situation plaisante pour l’enfant. Il s’agit de travailler des programmes comme le regard, le langage au travers d’une activité que l’enfant aime faire. Dans cette situation naturelle et spontanée l’enfant va pouvoir demander de lui-même certaines choses, par exemple le crayon qui lui manque pour faire un dessin.


Les deux types d’enseignement sont importants il faut alterner les situations pour travailler à la fois des compétences plus scolaire ou préscolaire (enseignement structuré) ou des compétences plus naturelles (enseignement incident).


Concernant les activités en tant que telles, il n’y a pas de programme préétabli : toutes les activités peuvent être intéressantes du moment qu’elles partent d’une envie de l’enfant. Les activités peuvent être d’ordre sportif, manuel, intellectuels (au bureau).


Les supports utilisés sont également très diversifiés. Par exemple pour un enfant qui aime utiliser son sens tactile on utilisera du riz, des graines, des poix chiches pour lui apprendre à compter.
On utilise un large panel de supports, de jeux éducatifs, mais pour la réussite de cette méthode il faut surtout avoir énormément d’imagination.


En ce qui concerne les enfants qui vont également à l’école ordinaire il est essentiel de collaborer étroitement avec l’institutrice de la classe. Si cette dernière propose des exercices à l’enfant pour lesquels ce dernier présente certaines difficultés, au sein de l’IME l’éducateur fera répéter cet exercice à l’enfant à l’aide d’un enseignement structuré. L’objectif est de travailler en individuel ce que l’enfant travaille à l’école afin qu’il soit capable par la suite de travailler en groupe avec une seule institutrice. Il faut aider l’enfant en travaillant avec lui ce qu’il ne peut pas travailler collectivement.


Les enfants sont accompagnés en classe par les éducateurs de la structure et non par des auxiliaires de vie scolaire qui ne sont pas formées à la méthode ABA.


Régulièrement sont organisées des évaluations. Elles se pratiquent à trois fréquences : quotidiennement, trimestriellement et annuellement.


- Au niveau quotidien, chaque jour un objectif est fixé concernant un programme éducatif particulier, puis une évaluation de ce dit programme est effectuée. Ces évaluations quotidiennes permettent de voir les progrès de l’enfant au jour le jour et en cas de problème la remise en question sera immédiate. Elles permettent une adaptation rapide des programmes utilisés.
- Au niveau trimestriel on établi un bilan récapitulatif des progrès que l’enfant a fait. Cette évaluation permet de faire un point plus précis avec les parents grâce à la remise d’un bilan écrit.


- Une dernière évaluation est effectuée annuellement ou de façon semestrielle selon la rapidité d’évolution de l’enfant. C’est un bilan global du développement de l’enfant à l’aide du test VB-MAPP, test du docteur et chercheur américain en ABA Dr.Sandberg.




Les moyens


Au plan personnel


L’établissement compte une directrice, une chef de service, 15 éducateurs et 15 stagiaires, 3 psychologues. Le ratio d’encadrement est très important : il est de 1.5 éducateurs pour un enfant, et d’une psychologue pour 5 enfants. Ce ratio est essentiel au niveau de l’ABA puisqu’il est essentiel pour la réussite de la méthode de partir de l‘enfant, de ses compétences, de ses désirs, pour adapter ensuite l’apprentissage à chacun d’entre eux. Certes il existe des moments collectifs mais concernant l’enseignement structuré le travail doit être individuel.


La formation du personnel est diverse : moniteur éducateur, éducateur spécialisé, certains ont un cursus en psychologie, des psychologues formés en analysé appliquée du comportement.
Diane Fraiser, titulaire du DCBA, diplôme international en Analyse Appliquée du comportement, et qui a 35 ans d’expériences en ABA, vient 4 journées par semaine pour remplir le rôle de superviseur. Elle s’assure de la bonne mise en place de l’ABA dans la structure. Cette présence nous permet d’assurer la qualité de notre pratique.



Au plan financier


Au départ les fonds étaient d’origine privée et venaient donc des parents pour une part très large.
Depuis septembre 2009 nous avons reçu l’agrément permettant d’être financé par l’assurance maladie. La charge pour les parents reste quand même très élevée.


Matériel


Nous disposons de beaucoup de matériel éducatif et de motricité : parcours de motricité, trampolines, vélos, jeux éducatifs (qui sont particulièrement appréciés par les enfants)…



L’évaluation

 


Les enfants montrent tous de sérieux progrès. De façon plus particulière on peut citer deux exemples :une petite fille qui est arrivée il y a deux ans avec de grandes difficultés de langage et de comportement va aujourd’hui rentrer en CP, un petit garçon qui allait à l’école ordinaire avec une auxiliaire de vie scolaire classique a développé un grand nombres de compétences en à peine quelques mois en suivant la méthode ABA, lui qui au début refusait le moindre contact, va maintenant chercher lui-même son éducatrice pour travailler et accueille toutes les personnes nouvelles.

On peut relever la satisfaction des enfants qui se ressent à travers leur regard et leur sourire. Les enfants communiquent beaucoup plus leurs besoins, leurs envies et apprennent à se faire comprendre des autres. Cela leur permet une vie de plus en plus riche, pleine de découvertes.
Cette satisfaction est partagée à la fois par les équipes d’encadrement qui sont heureuses de constater une progression quotidienne, de voir les enfants sourire, et surtout par les parents. En effet ces derniers voient parfois leur enfant intégrer le milieu scolaire ordinaire alors qu’ils n’y croyaient plus depuis l’annonce du handicap.



On peut cependant noter certaines limites de la méthode ABA.


Selon le type d’autisme la récupération peut ne pas être totale. On pourra souvent constater une récupération de plusieurs compétences mais qui restera restreinte à cause de l’existence d’handicaps associés chez l’enfant.


L’âge de la prise en charge constitue également une limite. C’est entre 0 et 5 ans que la récupération sera la plus complète. L’âge augmentant, la récupération devient de plus en plus compliquée.

De grosses difficultés peuvent être constatées. Le nombre de places est extrêmement faible, au sein de nos structures nous ne pouvons accueillir que 25 enfants actuellement. Même si ce chiffre est en progression (en septembre 52 places disponibles), cela reste trop peu. Pour information à l’ouverture de notre école pilote à Paris il y avait 10 places pour 1000 demandes.
Le coût pose également des difficultés. 2000 à 3000€ par mois restent à la charge des parents.
Enfin nos structures ne disposent d’un agrément que jusqu’à 14 ans. Au-delà de cet âge les adolescents sont alors redirigés vers d’autres structures où le maintien des acquis et la progression n’est pas forcément assuré.

 
Certaines évolutions sont donc attendues. Concernant la dernière difficulté évoquée, il est essentiel de créer des structures adaptées spécifiquement aux adolescents afin que ces derniers ne se retrouvent pas « abandonnés » lorsque leur intégration en milieu scolaire ordinaire n’a pas encore aboutie.

Il faut également pallier le manque de formation en ABA car actuellement la formation des éducateurs à cette méthode se fait en interne dans notre établissement. Il n’existe qu’un seul master en France qui dispense un tel enseignement.

 
Il faut enfin remédier au manque de places, problème pour le moins essentiel !

A cette fin notre association compte déjà plusieurs projets. Depuis le mois de mars un établissement pouvant accueillir 12 enfants a été ouvert à Suresnes. Dès septembre 2010 en plus de l’augmentation des places dans l’établissement de Paris, un nouvel établissement ouvrira ses potes sur Versailles offrant ainsi 15 places supplémentaires et sur Angoulême qui, quant à lui, offrira 10 places.


Nous sommes également en préparation de projets identiques concernant les villes de Tour, Nantes, Marseille, Lyon…


Enfin il nous parait très important d’installer des structures en Martinique et Guadeloupe, départements dans lesquels actuellement aucune prise en charge n’existe.


Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: