Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil DU JE AU NOUS


DU JE AU NOUS

  • Vie sociale et quotidienne
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Solet Bernard le 13/09/2012

Quand il s'agit de faire un projet qui me concerne aussi les autres mais qui concerne aussi les autres. De l'apprentissage de la citoyenneté comme moyen d'intégration.

'ADRESSE, RÉSIDENCE LES CHARMILLES'. Le Foyer 'Les Charmilles' est un foyer d'hébergement qui accueille 34 personnes âgées de 20 à 52 ans travaillant en ESAT dont 24 sur La Résidence et 10 dans des appartements en ville. La Résidence est leur lieu de vie. A ce titre chacun dispose d'une chambre avec salle d'eau qu'il peut équiper avec les meubles de son choix, sa télévision, son téléphone personnel. Les parties collectives se composent d'un patio et de deux salons et deux salles à manger. La patio est aménagé en salle de détente avec bar, billard, baby-foot et un petit coin salon. Le Projet d'Etablissement s'articule autour de deux concepts principaux: le statut d'adulte et la notion de 'chez-soi'. Le premier confère à chacun des droits, des devoirs et des obligations au même titre que tous les citoyens. Le second induit un positionnement éducatif qui prend en compte le fait que les salaries viennent travailler sur le lieu de vie des Résidants. Ce sont ces deux principes qui ont guider cette action qui consistait à rénover les deux salons et les deux salles à manger et à leur donner une ambiance en adéquation avec les goûts et les aspirations des principaux concernés, les Résidants

JE,POUR LES AUTRES. Ouvert fin 2005 dans des locaux construits par un bailleur social propriétaire des lieux et aménagé par la direction avant l'ouverture, les salons et les salles à manger avaient besoin d'être rénovées et réaménagées. Fort de la forte implication de la plupart des Résidants dans leur espace personnel, l'équipe éducative a souhaité aller plus loin en sollicitant quelques Résidants dans la rénovation de ces espaces collectifs. Il s'agissait ainsi de développer chez eux la notion d'appartenance à une collectivité dans laquelle il est possible d'y être acteur pour son bien être mais aussi pour celui des autres. Cette démarche pouvait s'avérer complexe pour eux dans la mesure où la plupart n'avait jusque là peu été sollicité à s'intéresser aux autres et encore moins à faire des choix et prendre des décisions dans l'intérêt de tous. Il nous fallait également faire attention à les laisser maître dans cette démarche, à ne pas parler à leur place. Par cette action, nous souhaitions également élargir leur espace de vie et nous appuyer sur cette expérience pour aller vers des actions à l'extérieur de l'établissement où ils pourraient également y être acteurs.

QUATRE MOIS D'ECHANGE ET DE PARTAGE. Sous la responsabilité d'une éducatrice et de la maîtresse de maison en charge des repas, un petit groupe de 4 résidants volontaires se constitue. Disposant d'un budget d'investissement et d'un don de l'association, le groupe commence à réfléchir aux différents thèmes possibles pour donner une ambiance particulière pour chacun des espaces. Cette première phase a mis en évidence la difficulté de s'entendre collectivement sur un projet qui recueille l'accord de tous. Le besoin de conseil se faisant sentir, le groupe reçoit un commercial décorateur de notre connaissance. Deux rencontres sont nécessaires pour arriver à un compromis sur le mobilier et sur les couleurs des murs. Vient ensuite la phase de décoration avec la consultation de revues spécialisées et par quelques visites en magasins. Cette phase va durer plusieurs semaines. Une fois les murs peints par l'homme d'entretien et les meubles installés, commence la phase de décoration et la pose d'accessoires. Celle-ci se fait avec les deux salariées et une résidante en congé afin d'en faire la surprise à l'ensemble des autres personnes accueillies à leur retour du travail.

DU TEMPS ET DE L'INTÉRÊT. Même si ce projet a été porté pour l'essentiel par deux salariées, il repose avant tout sur l'implication des Résidants dans ce qui concerne leur lieu de vie. Pour autant, cette démarche ne peut avoir d'impact sur ces derniers que dans la mesure où elle s'inscrit dans un accompagnement global qui concerne l'ensemble du personnel. Il est donc indispensable qu'elle soit portée dans le projet d'établissement et que chacun y adhère. Ainsi, de l'homme d'entretien, par sa disponibilité et son investissement au Directeur par la confiance donnée en passant par l'ensemble du personnel qui a suivi ce projet ou par la motivation et l'intérêt du commercial, c'est tout une collectivité qui se met en marche pour parvenir à un résultat dont chacun peut être fier. Pour autant, ce type d'opération où les personnes directement concernées sont impliquées sur toute la durée du projet, nécessite surtout le respect de leur rythme. L'apprentissage de la démocratie participative ne se décrète pas, elle demande de nombreux temps d'échanges et de discussions, mais aussi la reconnaissance de l'avis des autres et l'acceptation de ne pas toujours obtenir satisfaction.

ET AU DELÀ. La participation des personnes accueillies à l'amélioration de leur lieu de vie s'inscrit dans la légitimité de leur condition de citoyen. Pour des personnes vulnérables, souvent en situation de dépendance, elle fait partie des actions qui conduisent à leur donner une place d'acteur, de sujet de leur vie. Mais, au delà de cette démarche, elle constitue pour elles les prémices d'une appartenance à une communauté de vie, ici la Résidence. Sans préjuger des suites qui pourraient être donner à ce projet, cette action peut servir d'appui à l'intégration des personnes handicapées à l'extérieur de l'établissement. Par l'accès à la notion du 'nous, Résidants', nous visons celle du 'nous, citoyens' aussi bien dans un intérêt pour ce qui se passe au dehors que pour y jouer un rôle actif. Au préalable, il faut toutefois prendre du temps pour leur permettre d'acquérir plus d'assurance et pour qu'elles se construisent une autre image d'elles mêmes, de personnes différentes des autres, à part de la société, société dont elles ressentent la méfiance et une certaine distance à leur égard. La prudence et la patience sont donc deux conditions indispensables à la réussite de ces projets

Concours: Concours HANDIPARTAGE 2012
Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: