Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Fondation La Maison de Pierre Offrir du répit aux aidants de personnes en situation de handicap: l'accueil temporaire de la Maison de Pierre, France.
Pour aller plus loin
Fondation La Maison de Pierre
  • Chemin des Bois - Acquin Wesbécourt 62380 LUMBRES France
  • 03 21 39 78 91
  • contact@nullfondation-la-maison-de-pierre.com
  • Patrick Brunerie
  • direction@nullla-maison-de-pierre.com
  • La Casa de Piedra


Offrir du répit aux aidants de personnes en situation de handicap: l'accueil temporaire de la Maison de Pierre, France.

  • Résidentiel : Accompagnement
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Patrick Brunerie le 04/04/2011

La Maison de Pierre a un rôle d'aide et de soutien aux aidants de personnes en situation de handicap, en vue de lui offrir une période de répit.

 

 


Contexte

 

La Maison de Pierre est une maison d’accueil temporaire située dans le département du Pas-de-Calais, à quelques kilomètres de Saint Omer, Boulogne et Calais.

 

La Maison de Pierre a ouvert ses portes le 12 octobre 2005. Ce fut une première en France, et depuis une deuxième maison identique a vu le jour.

 

La Fondation, à vocation philanthropique, reconnue d’utilité publique en décembre 2003  a été créée par Monsieur et Madame DURAND et leurs trois enfants. La Présidente est Agnès DURAND, épouse de Jean-Jacques DURAND, fils du fondateur d’ARC international Jacques Durand, qui employait plus de 10 000 salariés.  Le nom « La Maison de Pierre » est dû au prénom de l’un des quatre enfants de Philippe LEOST, un des collaborateurs de Jean-Jacques DURAND, atteint de trisomie 21.

 

Les fondateurs ont financé la construction de la Maison. Le Conseil général, fort d’une volonté de développer une politique d’accueil temporaire, finance le fonctionnement en collaboration avec l’ARS.

 

Les premiers clients de la Maison de Pierre sont les aidants. Afin de leur permettre l’accès au répit, nous accueillons des personnes en situation de handicap, qu’il s’agisse d’enfants, d’adolescents ou d’adultes, de 6 ans 60 ans et plus. La Maison de Pierre s’adresse à tous types de handicaps, qu’il soit mental, psychique, physique, sensoriel…

 

Nous posons uniquement deux limites à cet accueil. Tout d’abord, les personnes nécessitant une assistance médicale permanente. Il nous est impossible de les accueillir du fait de leur nécessaire suivi médical ou paramédical très conséquent sollicitant une équipe pluridisciplinaire composée d’un nombre d’infirmières plus important. Il en est de même pour les personnes à comportement agressif, violent. Nous n’avons pas le personnel et les moyens techniques nécessaires pour permettre de contenir des personnes trop violentes.

 

Nous disposons de 24 places scindées en deux maisons, l’une pour les enfants et l’autre pour les adultes. Nous accueillons ainsi 8 enfants, 6 en hébergement et 2 en accueil de jour, et 16 adultes, dont 10 en hébergement et 6 en accueil de jour.

 

             




Finalité

 

La Maison de Pierre a un rôle d’aide et de soutien aux aidants de personnes en situation de handicap, en vue de lui offrir une période de répit. Nous organisons donc des séjours d’accueil temporaire pour la personne handicapée. Selon la loi, l’aidant dispose de 90 jours de répit sur une période de 12 mois.

 

Nous faisons en sorte de répondre positivement à cette demande de répit tout en essayant de convaincre la personne en situation de handicap d’être accueillie et de participer à la vie de la Maison. Par exemple nous ne parlons pas de projet personnalisé mais de projet de séjour en accueil temporaire personnalisé. Il s’agit de faire les courses, participer à des séances d’équitation, de balnéothérapie, de faire en sorte que la personne handicapée puisse aussi prendre du répit, tout comme son aidant naturel. L’aidant et la personne handicapée doivent ainsi pouvoir profiter d’activités multiples et variées leur permettant d’être dans une véritable situation de « vacances ».

 


Mise en œuvre

 

Dès le premier jour, un contrat de séjour, exposant les engagements du prestataire et de l’aidant, doit être signé. La totalité des personnes, enfants ou adultes utilisent leurs 90 jours de façon séquentielle.

 

Une semaine est rythmée par le fait que nous considérons cette Maison comme une vraie maison : Cela signifie que tout le monde se doit de participer à la vie quotidienne : aller faire les courses, mettre le couvert et débarrasser la table…

 

 Durant le séjour, l’objectif est de travailler au mieux être de la personne. Si elle se sent bien, la disponibilité sera plus grande et il sera alors envisageable de travailler éventuellement les acquis et les apprentissages. Ces derniers passent par les activités de sorties extérieures, par exemple le char à voile ou encore l’équitation. Une activité de bénévolat auprès de la SPA a également été mise en place. Au sein de la maison, les dessins, peintures, montages, et décorations varient selon les saisons. Des activités de balnéothérapie, jeux, sport et maintien musculaire sont proposées. Tous les ans un festival est organisé autour de l’art. Nous tentons, durant le séjour, d’instaurer une véritable dynamique de citoyenneté, afin que les personnes accueillies bénéficient du même accès que n’importe quel autre citoyen. Les groupes constitués en vue des activités recoupent tous les types de handicap.

 

Notre philosophie est la suivante : Nous nous attardons en premier lieu sur la demande des personnes, sur le système familial dans lequel elles évoluent. C’est ensuite que nous portons le regard sur la personne en tant que telle. Ces personnes accueillies ont des compétences différentes les unes des autres. Notre accueil, au fil du temps, se focalise de mieux en mieux sur la personne.

Nous travaillons donc sur la différence, afin de porter un autre regard sur la collectivité et permettre la cohésion à travers le décloisonnement. On apprend beaucoup aux côtés de personnes différentes.

 

Moyens

 

  • Au plan humain :

 

Nous disposons de 26,65 équivalents temps plein, composés par divers corps de métiers : moniteur éducateur, aide médico-psychologique, aide-soignant(e), infirmière, conseillère en économie sociale et familiale, psychologue, assistante de direction, chef de service éducatif, maitresses de maison, lingères à temps partiel, femme de ménage, et un homme d’entretien, ainsi qu’un directeur, bien entendu !

 

  • Au plan financier :

 

Les frais de fonctionnement de la Maison sont totalement financés par différentes tutelles, à savoir le Conseil général du Pas-de-Calais (dotation globale) et l’ARS (qui reprend les compétences de la DDASS depuis la loi HPST du 21 juillet 2009).

 

La Maison ayant un rayonnement national, il arrive souvent que des personnes provenant d’un autre département soient accueillies. Dans ce cas, c’est à leur département d’origine de financer.

 

Nous avons un budget pour les enfants et un budget pour les adultes (notamment un forfait soins pour les adultes nécessitant un suivi plus conséquent). Le budget global se monte à 1,2 millions d’euros.

 

La fondation essaie également de trouver des financements externes. A ce jour l’aménagement du terrain et l’achat de jeux ont été totalement financés par le mécénat d’entreprise du monde de l’économique.

 

  • Au plan matériel :

 

Chaque maison dispose de chambres individuelles, chacune bénéficiant d’une salle d’eau privative avec douche, cabinet de toilette, et lavabo. Il y a également une salle à manger, une salle de balnéothérapie et une salle « multi-activités ».
 

                      
 

Nous souhaitons, l’année prochaine, transformer des places d’accueil de jour en places d’hébergement, ce qui nécessite un agrandissement de la surface. Une grande pièce « multifonctions » de 90 mètres² et des chambres supplémentaires devraient donc bientôt voir le jour.

 

 

Evaluation

 

Les débuts en 2005 ont été difficiles, car même si une enquête avait été menée, nous ne nous attendions pas à une foule de personnes dès l’ouverture. Après 4 à 5 mois un peu stressants, ne sachant pas si nous allions pouvoir atteindre notre seuil de rentabilité, les choses se sont mises en route et nous avons accueilli de plus en plus de personnes. La Maison de Pierre fait désormais face à de nombreuses demandes. A ce jour, ce sont plus de 800 personnes qui ont été accueillies en son sein.

 

Le premier combat est celui de réussir à faire accepter le fait que notre premier client n’est pas la personne en situation de handicap mais l’aidant. Cela fait parfois frissonner quelques professionnels du secteur médico social. En effet, notre fonction première est vraiment d’apporter de l’aide aux aidants. La difficulté à laquelle nous pouvons être confrontés est celle de montrer que nous sommes utiles au sein du champ médico-social envers le système familial, tant vers l’aidant pour lui offrir du répit que vers la personne en situation de handicap afin qu’elle profite de son séjour.

 

Il est également essentiel de montrer l’importance de la professionnalisation au niveau de l’équipe pluridisciplinaire. Etre intervenant social en accueil temporaire est un autre métier que celui d’accompagnant, ce sont d’autres compétences qui doivent se développer. Aujourd’hui il existe un référentiel de bonnes pratiques, travaillé dans le Pas-de-Calais avec l’appui de la CNSA, ce qui est très valorisant.

 

 

Un point très positif est celui d’avoir une carte d’identité, de pouvoir se positionner en tant qu’intervenant social accueillant, différent de l’accompagnement dans le cadre de l’accueil permanent. Nous avons la volonté de nous différencier, non dans le but de dire que nous proposons une prestation de service mieux ou moins bien adaptée, mais différente.

 

A ce jour, pour de nombreuses situations, nous réalisons que 90 jours d’accueil temporaire sont équivalents, en terme de bénéfices, à 365 jours d’accueil permanent. Nous travaillons actuellement sur un document d’évaluation de ces bénéfices.

 

L’accueil temporaire répond à la demande de répit, mais permet aussi l’évolution de la personne handicapée et à sa famille. Il permet de conforter et/ou de  créer de nouveaux liens au sein de la cellule familiale. C’est la magie et/ou le rapport à l’étonnement de la rencontre et de la rupture. Lorsqu’on est épuisé, le regard porté sur la situation et sur la personne handicapée est altéré et celle-ci demande tellement d’énergie qu’on ne voit plus ses compétences. L‘aidant ne voit plus cette personne comme nous pouvons la voir lorsque nous l’accueillons.

 

Après le séjour, un certain recul est pris suite aux rencontres effectuées. Nous constatons que la séparation permise par l’accueil temporaire donne vraiment à tous l’envie de se retrouver. Les retrouvailles génèrent un nouveau regard vers l’autre. Le plaisir de se retrouver développe mutuellement et réciproquement une nouvelle dynamique constructive et positive.

 

 

Langue d'origine : Français
Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: