Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Les Rencontres Vidéo en Santé Mentale, Cité des Sciences et de l'Industrie, France.


Les Rencontres Vidéo en Santé Mentale, Cité des Sciences et de l'Industrie, France.

  • Santé : Santé mentale
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Daniel Simonnet le 25/02/2011

Des rencontres consacrées à la projection de films réalisés par et avec des patients engagés dans un processus thérapeutique au sein de diverses structures de soins psychiatriques.



Contexte

 

Chaque année au mois de novembre, la Cité des sciences et de l’industrie accueille au sein de son auditorium de 400 places des rencontres peu communes : les Rencontres Vidéo en Santé Mentale. Depuis 1999, ce sont ainsi deux jours complets qui sont entièrement consacrés à la projection de films réalisés par et avec des patients engagés dans un processus thérapeutique au sein de diverses structures de soins psychiatriques.

 

                                  affiche_2010
 

      Daniel Simonnet, infirmier à l’Hôpital Maison Blanche à Paris, est à l’origine de cette manifestation qui est un peu plus qu’un festival. Les Rencontres vidéo en santé mentale ne sont pas l’œuvre d’une organisation particulière mais d’une convention entre 4 partenaires : l’Hôpital Maison Blanche, l’association l’Elan Retrouvé (association de soins psychiatriques), et les CEMEA (centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active) en partenariat avec la Cité de la santé, structure d’information  dépendant de la Bibliothèque de la Cité des sciences et de l’industrie.

 

Ces Rencontres sont d’abord un moment et un lieu où les patients présentent leurs films, qu’ils ont réalisés pour la plupart dans des hôpitaux de jour, dans des foyers…Les patients viennent le plus souvent avec l’équipe de soignants qui les prennent en charge. Ils viennent y présenter leur film, dont la projection est suivie d’un débat. Tous les âges sont représentés : adolescents, adultes, personnes âgées…

 
                               Parvis


 

Finalité de l’expérience vécue

 

 

Après quelques rencontres avec certains de ses homologues qui animaient eux aussi des ateliers films, Daniel Simonnet s’est rendu compte de l’absence de suivi des films : une fois créés, ceux-ci n’étaient jamais projetés en présence de leurs auteurs.

 


A travers ces Rencontres vidéo en santé mentale, il ressort donc une volonté d’impliquer les patients dans un processus complet de production, de l’écriture du scénario jusqu’à la diffusion du film. Cela doit leur permettre de se resociabiliser, de recréer du lien, de faire renaître l’échange. Parfois même cela débouche sur des partenariats entre ateliers et entre patients ou avec des structures extérieures au milieu de la santé.

 


La mise en œuvre

 
 

Auparavant, Daniel Simonnet avait fait plusieurs tentatives de projection à petite échelle, sorte de galops d’essai. Les Rencontres se sont ainsi d’abord déroulées dans l’Etablissement Maison Blanche, à l’Hôtel de ville, puis à la Cité des sciences, devenue lieu officiel en raison de la bonne entente existante et du partage d’objectifs communs.

 

Une petite centaine d’ateliers vidéo est ainsi répertoriée depuis le début des Rencontres. Il s’agit d’ateliers thérapeutiques dans les hôpitaux de jour, les centres d’accueil, de soins ambulatoires… au sein desquels sont réalisés des films. La réalisation varie en fonction du matériel, de l’encadrement présent, des patients et de leurs compétences… les cas de figures sont très variés !

 

En général les patients sont encadrés par un ou deux soignants. De plus en plus de structures de soins n’hésitent pas à faire appel, pour les aider techniquement, à des professionnels du théâtre, du cinéma.

 

Les productions des ateliers constituent une palette d’œuvres : on y trouve des fictions, des documentaires, mais également des dessins animés, des portraits et autoportraits, des clips, des productions de type expérimental… les problématiques personnelles de santé mentale ne sont que rarement évoquées directement, il s’agit souvent de s’approcher des modèles audiovisuels ou au contraire d’en faire la critique, par le biais de la parodie par exemple. Mais il en résulte le plus souvent des films très chargés d’émotions, d’humanité.

 

Certains films sont produits en dehors des ateliers, au domicile des patients par exemple, seuls ou avec l’aide de quelqu’un, un membre de leur famille, un soignant… La réalisation en autonomie, hors de la structure, peut être une bonne chose. Il s’agit souvent dans ce cas de documentaires ou d’autoportraits. Mais il ne faut pas que le patient se renferme sur lui-même et cette manifestation offre précisément des opportunités d’ouverture et d’échanges.

 

Une trentaine de films sont projetés lors des Rencontres. Chaque séquence de trois ou quatre films est suivie d’un débat libre, sans aucun thème imposé. Les personnes, public et réalisateurs, sont invitées à échanger sur leur ressenti, sur leur expérience.

 

salle_public 
 

Les moyens

 

 

  • Plan humain : une dizaine d’employés des 4 structures partenaires prend part au dispositif, ainsi qu’une école d’éducateurs spécialisés, l’Institut Saint Honoré dans le XIXème arrondissement, de façon bénévole.

 

  • Plan financier : Les Rencontres bénéficient d’une subvention de l’Institut Lilly.

 

  • Plan matériel : La publicité s’effectue par courrier traditionnel envers les structures de soins et via internet. Les Rencontres bénéficient de l’excellence et du savoir-faire du personnel de la Cité des Sciences ainsi que d’un confort et d’un accueil exceptionnels.  En amont  le matériel utilisé pour la  réalisation des films varie selon les ateliers.

 

Evaluation

 

Les dernières années ont vu s’accroître le nombre de participants et par conséquent le nombre de films proposés. Certains patients font des films uniquement pour cet évènement. La perspective des Rencontres rythme le temps des ateliers chez des personnes qui justement ont parfois perdu cette notion de temps. Il y a là une réelle motivation, les Rencontres permettent aux patients d’avoir un but, un objectif.

 

L’une des difficultés est celle d’être désormais confrontés à trop de films, ce qui amène dorénavant l’équipe organisatrice à faire une sélection et à « exclure » certains groupes, la mort dans l’âme…ce qui n’a pas empêché les groupes refusés de venir aux Rencontres ! Cette étape de la programmation s’avère difficile également. L’équipe, constituée de soignants, réalisateurs, patients se retrouve face à un large panel de films et il est parfois compliqué d’arrêter définitivement un choix.

 

La gestion du temps sur deux jours peut également poser quelques petits problèmes, d’où la nécessaire limitation de durée des films à une demi-heure, afin de permettre au plus grand nombre de participer.

 

On peut noter quelques évolutions : Des concerts ont déjà eu lieu, notamment lors de la 10ème édition et en 2010, une patiente est venue sur scène. Cela constitue un vrai « plus » pour les Rencontres. Et dernièrement certains films ont été mis en ligne sur internet. Certaines équipes sont d’accord pour ce type de diffusion mais elles sont encore peu nombreuses.

 

Enfin, la présence d’un invité « VIP » est bienvenue chaque année, en tant que parrain, marraine, cinéaste, réalisateur, sociologue, médecin, car elle apporte une véritable reconnaissance aux Rencontres vidéo santé mentale.

 

Les Rencontres sont toujours très enrichissantes du fait de la variété des publics présents. Des structures belges, italiennes, québécoises, suisses, guadeloupéennes sont déjà venues pour participer aux Rencontres et diffuser leurs films.

 

Site :   http://videopsy.over-blog.com

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: