Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Compagnons bâtisseurs asbl Quand les loisirs deviennent source d'inclusion et d'utilité sociale, Marche en Famenne, Belgique
Pour aller plus loin
Compagnons bâtisseurs asbl
  • 9 Place du Roi Albert 6900 Marche en Famenne Belgique
  • +32 084/31 44 13
  • collectif@nullcompagnonsbatisseurs.be
  • Thibault Lezy
  • collectif@nullcompagnonsbatisseurs.be


Quand les loisirs deviennent source d'inclusion et d'utilité sociale, Marche en Famenne, Belgique

  • Inclusion : Accessibilité
  • Europe : Belgique
  • Fiche d'expérience

Par Thibault Lezy le 27/02/2017

Des jeunes avec et sans handicap souhaitaient pouvoir sortir de leur cadre de vie quotidien, rencontrer de nouvelles personnes, vivre de nouvelles expériences collectives. Les compagnons bâtisseurs leurs offrent un cadre pour cela.

 

  1. Le contexte

 

  • Où se situe votre service/structure/établissement/action ? De quels locaux disposez-vous ?

    L’Asbl des Compagnons Bâtisseurs est basée à Marche-en-Famennne, ville située en milieu semi-rurale à une centaine de kilomètres de Bruxelles. 

    Les personnes qui participent à nos activités proviennent néanmoins de l’ensemble du territoire francophone de Belgique. Durant l’été, nous accueillons également un grand nombre de volontaires étrangers sur nos activités de chantiers

     

  • Quelle importance présente aujourd’hui l’accueil de personnes handicapées dans le projet des compagnons bâtisseurs ?

    L’inclusion de personnes en situation de handicap au sein de notre projet associatif remonte à une vingtaine d’années. Actuellement, le public en situation de handicap, principalement des personnes en situation de handicap mental léger à modéré, représente un quart des membres de l’association (une centaine de personnes).

    pour y parvenir, nous travaillons sur deux axes complémentaires.

  • Un programme d’activités « volontariat, loisirs et handicap », dédié à l’inclusion des personnes en situation de handicap mental et à la sensibilisation des jeunes à la thématique

  • Des outils de soutien et de suivi destinés à rendre plus accessible l’ensemble du cycle d’activités de l’asbl à toute personne souhaitant s’impliquer

     

  • Quelle population, type de handicap accueillez-vous ?

    L’asbl des Compagnons Bâtisseurs est reconnue comme organisation de jeunesse par le ministère de la fédération Wallonie-Bruxelles. Notre public cible est donc avant tout les jeunes.

    Concernant le public en situation de handicap qui fréquente les activités de l’asbl, il s’agit principalement les personnes présentant une déficience légère à modérée (X fargile, trisomie,…). Chaque activité reposant sur une dynamique de vie collective, il est primordial que les participants puissent s’intégrer dans une vie de groupe. 

     

  1. La finalité de l’expérience

 

 

  • Comment êtes vous arrivés à cette proposition de weekends, de temps de vacances

    partagées entre volontaires et personnes ayant un handicap ?

    Le choix de développer ce programme d’activités a reposé avant tout sur un constat. Des jeunes avec et sans handicap souhaitaient pouvoir sortir de leur cadre de vie quotidien, rencontrer de nouvelles personnes, vivre de nouvelles expériences collectives. Ce choix a également été facilité à l’époque par l’expérience et la motivation d’un animateur de l’association pour mettre en œuvre ce projet. Au fil des années, nous sommes passés de quelques activités annuelles à un programme diversifié composé d’activités se déroulant toute l’année. Nous avons également acquis de l’expérience en vue de toujours mieux répondre aux souhaits des membres de l’association.

      

     

  • Qu’est ce qui vous paraît primordial dans le volontariat des personnes encadrantes ?

    Les volontaires qui participent à ce genre de projet viennent avant tout par ce qu’ils sont désireux de s’investir dans un projet à visée sociale. Lors de leurs premières expériences, il s’agit aussi souvent de mieux comprendre le domaine du handicap dont ils n’ont que peu de connaissance.

    Les notions d’engagements, de citoyenneté active de promotion du vivre ensemble sont autant de valeurs transversales qui caractérisent les activités que nous mettons en place.

     

     

     

  1. La mise en œuvre, le déroulement

 

  • Quels types temps partagés, quelles activités proposez-vous ?

    Le projet « volontariat, loisirs et handicap » vise la mise en place d’activités – résidentielles et non-résidentielles.

    Les activités non résidentielles (soirée jeux de sociétés, tables d’hôtes) sont organisées à un niveau local.

    Les activités résidentielles sont composées d’une vingtaine de week-ends et environ 4 séjours par an. Chaque séjour se déroule dans un lieu différent et se caractérise par un programme d’activités variés mettant à l’honneur le patrimoine des régions visitées, les agendas culturels et la créativité des volontaires-animateurs (soirées dansantes, blind test,…).

     

     

     

  • Où se tiennent ces activités ?Lesquelles privilégiez-vous ?

    Les activités non résidentielles se déroulent presque qu’exclusivement à Marche-en-Famenne, une ville semi-rurale du sud de la Belgique où nous sommes localisés.

    Les activités résidentielles se déroulent sur l’ensemble du territoire belge (et les régions limitrophes). Chaque année deux séjours se déroulent à l’étranger (Slovaquie, Portugal, Pologne, France, Espagne,…)

  • Quel est votre fonctionnement pour les inscriptions, pour les points de départs, pour l’aspect sécurité ?

     

    Notre programme d’activités est envoyé deux fois par an.

    Les personnes désireuses de s’inscrire remplissent le formulaire d’inscription qui est joint au programme. Dès réception nous reprenons contact avec elle pour faire le suivi de leur inscription  

     

    Toute nouvelle personne en situation de handicap souhaitant participer à nos activités est conviée à un premier rendez-vous en nos bureaux. Il s’agit pour nous d’un moment essentiel pour faire connaissance, présenter notre action, notre mode de fonctionnement, répondre aux questions éventuelles et présenter les  différents documents administratifs à compléter pour constituer un dossier d’inscription (fiche médicale, autorisation droit image, fiche autonomie,…).

     

    Afin de réduire les temps de trajet des parents ou référents et des volontaires animateurs, nous organisons la plupart du temps trois points de rendez-vous par activité résidentielle (Marche, Namur et Bruxelles)

     

  1. Les moyens dont vous avez eu besoin ?

 

 

  • Sur le plan humain : comment les volontaires vous rejoignent-ils ? Quel est leur âge moyen ?   Qu’est-ce qui les motive ? Reçoivent-ils une formation ?

    Les volontaires sont des jeunes âgés en moyenne de 22 à 30 ans qui proviennent de l’ensemble du territoire francophone de Belgique. Ils prennent connaissance du programme d’activité VLH par le biais de notre site Internet, de nos séances d’infos et très souvent par le bouche à oreille.

    Concernant l’aspect formatif, nous fonctionnons essentiellement sur un principe de coaching et d’éducation par les pairs. Le responsable et les animateurs plus anciens accompagnant/guidant les nouveaux. Selon nous, les activités proposées doivent avant tout se vivre pour les comprendre et percevoir le rôle que chacun peut y jouer

     

  • sur le plan technique et matériel : Avez vous des véhicules de transport de personnes, des bases fixes pour les loisirs, du matériel particulier ?

    Nous disposons d’un bureau à Marche-en-Famenne dans lequel nous organisons chaque activité proposée. Certaines activités non-résidentielles y sont également organisées.

    Pour le reste nous disposons de deux minibus pour mener à bien notre programme d’activités résidentielles. Cette opportunité nous permet de nous rendre dans des endroits parfois très reculés. 

     

  1. Quelle évaluation faites-vous aujourd’hui ?

 

 

 

  • Qu’en retirent les volontaires ? Quelle conséquence sur leurs vies ?

    Très souvent les volontaires nous disent qu’ils portent dorénavant un autre regard sur le handicap, la déficience. Au-delà, ils se sentent plus à même de réagir face à une situation qu’ils auraient trouvée inconfortable précédemment. Cet objectif de sensibilisation visé par les activités que nous proposons est central pour une organisation de jeunesse comme la nôtre qui vise à permettre aux jeunes de devenir des citoyens, actifs, critiques et solidaires.

    Au-delà il arrive fréquemment que des volontaires aient choisi par la suite de s’orienter dans une filière professionnelle en lien avec la santé, le handicap ou le domaine socio-éducatif (éducateur spécialisé).

     

  • Quelles sont les satisfactions : pour les personnes bénéficiaires ? Pour l’entourage ?

    La satisfaction principale est de pouvoir sortir de son quotidien et de pouvoir vivre ces propres expériences. C’est également une très belle opportunité pour élargir sa sphère de connaissances. Les notions d’épanouissement et d’émancipation sont centrales

    Pour les parents, il s’agit aussi de pouvoir avoir du répit le temps d’un week-end, d’une semaine.

  • Quelles difficultés rencontrez-vous dans l’organisation  de ces temps partagés? Quelles est la limite d’une action de ce type?

    En travaillant sur base principalement volontaire, il ne nous est pas possible de répondre à l’ensemble des demandes qui nous sont faites. Certaines déficiences trop lourdes ne peuvent pas être prises en charge sur les activités que nous proposons.

    La question des coûts de fonctionnement est également à prendre en compte. 2 véhicules s’est une charge importante pour une petite association.

     

  • Quels enseignements en tirez-vous ?

    Au fil des années, nous constatons un développant des activités qui favorisent la participation du plus grand nombre d’individus (dont les personnes en situation de handicap). Il reste néanmoins encore une large place pour l’innovation, l’émergence de nouveaux projets et de nouvelles actions.

    Favoriser le travail en réseau entre organismes complémentaires pourrait également être davantage valorisés dans le futur.

     

    Interview de M. Thibault Lezy

     

     

Langue d'origine : Français
Bernard Loquais
07/03/2017 09:26
Voici un lien d'un lieu de vacances très adapté au handicap que l'association ASBL connaît bien. L'ANAE sera présente au salon Autonomic en novembre 2018. De nombreux séjours pour institutions, personnes porteurs de handicap, seuls ou en famille vous sont proposés.

https://www.anaeasso.com/handicap
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: