Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Ciné-Ma Différence Aller au cinéma, un acte banal ! Pas encore pour tous… Ciné-ma différence y contribue, France


Aller au cinéma, un acte banal ! Pas encore pour tous… Ciné-ma différence y contribue, France

  • Vie sociale et quotidienne : Loisirs
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par morhange_744 le 05/02/2018

Ciné-ma différence rend le cinéma accessible à des enfants et adultes autistes, polyhandicapés, avec un handicap mental, ou des troubles psychiques, qui en sont privés en raison de leur handicap. Des séances chaleureuses et adaptées où chacun, avec ou sans handicap, est accueilli et respecté tel qu’il est.
  1. Le contexte

 

Ciné-ma différence est né de la volonté de lutter contre une exclusion, celle d’un grand nombre de personnes exclues de fait du cinéma en raison d’un handicap entrainant des troubles du comportement. Il s’agit des personnes avec autisme, polyhandicap, handicap mental, troubles psychiques, maladie d’Alzheimer… Ces personnes expriment en effet leurs émotions d’une manière différente de la norme, ce qui dérange et inquiète le public habituel des salles qui le leur fait bien sentir.

Ciné-ma différence a débuté en 2005 sous forme d’une expérience menée dans un cinéma parisien. En 2007, une association s’est créée afin d’accompagner et développer le réseau naissant. Début 2018, le réseau Ciné-ma différence est présent dans 53 salles de cinéma en France et 2 en Belgique. En 2017, le réseau a projeté 335 films à 25 000 spectateurs, dont 40 % en situation de handicap.

 

  1. La finalité de l’expérience

 

L’action de Ciné-ma différence a pour objectifs de :

  • Permettre aux personnes avec ces handicaps complexes et à leurs familles, isolées par le handicap, de participer sans crainte aux activités culturelles ordinaires.
  • Habituer le public « naturel » des cinémas à les partager avec des spectateurs différents.
  • Sensibiliser/former les professionnels des salles à accueillir un public qu'ils n’ont pas l'habitude (voire peur) de recevoir.
  • Sensibiliser le grand public par des actions de communication/information.

Nous souhaitons à moyen terme un dispositif Ciné-ma différence par département français, mais notre objectif final est que les salles de spectacle et l’ensemble de la société civile intègrent la possibilité de partager les loisirs culturels avec les personnes en situation de handicap, et que le dispositif Ciné-ma différence n’ait plus besoin d’exister.

 

  1. La mise en œuvre, le déroulement

 

Le dispositif imaginé par Ciné-ma différence en 2005

Les séances ont lieu le week-end, à une fréquence régulière, dans des cinémas tout public, avec une salle accessible aux personnes à mobilité réduite, et un prix modéré.

On apporte quelques aménagements techniques : lumière s’éteignant doucement, son abaissé pour ne pas agresser des personnes aux oreilles très sensibles, pas de publicité ni de bandes-annonces.

Mais l’essentiel de l’adaptation réside dans l’information claire donnée à l’ensemble du public (avec et sans handicap), individuellement puis collectivement, et dans l’accueil chaleureux par des bénévoles en gilet jaune, très visibles, formés, attentifs tout au long de la séance.

Attention : il ne s’agit pas de séances particulières, mais de séances ordinaires de la salle de cinéma, labellisées Ciné-ma différence. Elles permettent aux spectateurs avec ou sans handicap de partager agréablement le cinéma grâce au dispositif mis en place. Les films sont choisis dans la programmation de la salle partenaire, en dialogue avec l’organisateur local.

 

 

  1. Les moyens dont vous avez eu besoin ?

 

Sur le plan humain : la tête de réseau Ciné-ma différence repose pour le développement et l’animation du réseau de 2,5 salariés, d’1 bénévole et de l’engagement des responsables de l’association. 450 bénévoles assurent l’accueil aux séances du réseau.

Notre réseau se développe par des partenariats avec des collectivités locales, et/ou des associations, et évidemment des salles de cinéma. Chacun s’engage à respecter notre charte et signe une convention. Ciné-ma différence fournit un accompagnement humain du porteur de projet jusqu’à la 1ère séance, une sensibilisation de la future équipe de bénévoles et des professionnels du cinéma, et une boite à outils numérique et physique. Ensuite, la tête de réseau continue à apporter son appui, et un séminaire rassemble les membres chaque année.

 

Sur un plan matériel : Une boite à outils est fournie aux nouveaux porteurs de projet et régulièrement enrichie. Les cinémas partenaires doivent être pleinement en accord avec la philosophie d’inclusion de Ciné-ma différence. Ciné-ma différence participe à la sensibilisation des personnels des cinémas.

 

  1. Quelle évaluation faites-vous aujourd’hui ?

 

Malgré l’évolution de la société dans la prise en compte du handicap, il parait encore compliqué à beaucoup de professionnels, de la culture comme du handicap, de faire se côtoyer des personnes avec un handicap complexe et le public habituel des salles de spectacle. De leur côté, les familles concernées ont encore peur que le comportement de leur enfant ne gêne ou dérange les spectateurs ordinaires, et elles ne se sentent pas légitimes dans les lieux culturels.

Avec les séances Ciné-ma différence, nous démontrons concrètement qu’il est possible de partager le cinéma et que chacun sort enrichi de ce partage :

  • La plupart des spectateurs en situation de handicap n’étaient jamais allés au cinéma ou n’avaient pu y rester jusqu’à la fin d’un film. Ciné-ma différence leur permet de s’habituer progressivement aux règles d’une salle de spectacle et d’aller ensuite à des séances standards.
  • Ciné-ma différence démontre que la capacité d’accès aux œuvres de ces nouveaux spectateurs ne doit pas être sous-estimée : grâce à l’adaptation de la séance qui leur permet de se détendre et de se concentrer, ces personnes accèdent vraiment au plaisir de la culture.
  • Les séances sont agréables pour tous les spectateurs : Ciné-ma différence contribue à changer le regard des spectateurs « ordinaires » sur les personnes porteuses de ces handicaps difficiles à comprendre.

 

3 témoignages pour finir :

  • Nous avons découvert Ciné-ma différence et nous sommes lancés il y a 6 mois avec Hugues, 16 ans. Ce n’était pas gagné, il avait peur du noir, du bruit, des films qu’il ne connait pas, ne reste pas assis trop longtemps… ; c’est maintenant un adepte du cinéma.
  • L’idée nous a tout de suite plu, même si on s’est dit que nous avons déjà «la chance» de pouvoir emmener Thomas, 11 ans, atteint du syndrome d’Angelmann, régulièrement au cinéma, et que ça se passe «très bien». Enfin, je dis «très bien», malgré le fait que nous passons toujours la séance à le tenir pour l’empêcher de se lever/se retourner; que nous devons essayer de l’empêcher de faire du bruit en permanence et que lorsque des enfants se retournent pour le regarder et faire ensuite des commentaires entre eux, cela me casse le moral pour au moins trois jours. /.../ A cette séance Ciné-ma différence, nous avons tout simplement regardé un film, sans s’inquiéter pour Thomas, et c’était un moment de pur plaisir. Même notre fille, qui souffre habituellement du regard des autres sur son frère, a vraiment apprécié.
  • Samedi, je suis allée regarder le film culte « Les Goonies » avec ma sœur et mes neveux. Sans le savoir, il s’agissait d’une séance Ciné-ma différence /… Après la séance, nous rencontrons mes parents. Alors que ma sœur et moi parlons de l’expérience Ciné-ma différence, les enfants ne parlent que du film. Et là je me rends compte qu’ils ne parlent pas du public handicapé parce que pour eux ça a été « normal », pas « incroyable ». Que ce serait beau si leur vision - ce regard innocent d’enfants - pouvait être un peu plus la nôtre aussi.

 

 

 

 

Langue d'origine : Français
Houlet cindel
07/02/2018 03:05
Moi je remercie les personnes qui font sa car grâce à vous ma fille qui est autiste peut aller au cinéma sans qu'on la regarde de travers Merci beaucoup
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: