Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil La Capriola Un programme de formation haut de gamme pour des prestations en hôtellerie haut de gamme, Davos, Luzern Suisse
Pour aller plus loin
La Capriola
  • Engadinstrasse 2 7000 CHUR Suisse
  • +41 (0)81 530 01 63
  • fo@nulllacapriola.ch
  • Brigitte Pronebner
  • brigitte.pronebner@nulllacapriola.ch


Un programme de formation haut de gamme pour des prestations en hôtellerie haut de gamme, Davos, Luzern Suisse

  • Travail et activité : Insertion professionnelle
  • Europe : Suisse
  • Fiche d'expérience

Par Brigitte Pronebner le 27/11/2017

La Capriola a développé ce programme de formation dans un esprit inclusif, prenant les mêmes règles que les formation ordinaires et conduisant à des emplois qualifiés dans le monde de l'hôtellerie et de la restauration.

Interview de Mr Conrad Cadonau

 

 

  1. Le contexte

- Comment a commencé la Capriola

Avant de commencer ce programme de  formation, les initiateurs du projet devaient faire des efforts spéciaux pour convaincre différentes institutions de l’état (office, ministère), organiser le conseil d’institution «La Capriola», etc.

En 2003 on a commencé avec la formation à Davos et en 2011 à Lucerne.

Quel est votre public ?

Des personnes ayant des problèmes cognitives, une faiblesse pour apprendre, et depuis peu, de plus en plus des problèmes psychiques.

Ce sont des jeunes âgées entre 16 et 22/24 ans; jeune filles et garçons, venant du milieu divers.

 

Quel est le contenu de formation ?

Les jeunes adultes bénéficient de deux  enseignements distincts

 1 «Formation»

Nous, La Capriola, nous sommes le «maître» (l’instructeur) des apprentis, chacun  «gardé» avec un contrat d’apprentissage. Nos apprentis suivent  leur apprentissage pas seulement dans la hôtellerie. Les compétences pour la formation sont premièrement et en responsabilité chez le «maître» des apprentis, La Capriola. L’hôtel nous sert pour la pratique «artisanale».

En tout La Capriola forme en maximum 24 apprentis. A Davos ainsi qu’à Lucerne nous travaillons avec deux hôtels de 4* ou 5* étoiles, où maximalement 6 apprentis pratiquent dans leur profession.

Pour les 12 apprentis à Davos et à Lucerne nous avons un instructeur/formateur qui accompagne ponctuellement et individuellement les apprentis pendant leur jour de travail dans l’hôtel.

L’instructeur est de la branche, formé à  l’hôtellerie. Il a une formation «généraliste», il est hôtelier.

 

 

Nos apprentis ont la possibilité de faire l’apprentissage dans la

  • cuisine (cuisinier)

  • étage/lingerie (housekeeping / économie domestique)
  • restauration (service)

  • réception/administration (employé commerçant)
     

    En Suisse nous avons la possibilité de suivre la «formation professionnelle initiale» sur trois niveaux :

  • < > fédéral de capacité CFC (3 ou 4 ans)< > fédérale de formation professionnelle AFP (2 ans)

    Formation Pratique INSOS (FPra) (La Formation Pratique selon INSOS (FPra) est une offre de formation professionnelle à bas seuil et adaptée aux compétences individuelles).

    Pour la formation selon «INSOS» des réglementations de formation obligatoires n’existent pas. Les apprentis seront formés  selon leurs  capacités individuelles.

    Le «certificat et l’attestation» sont organisés par la confédération suisse, la «formation pratique» est organisée par INSOS (Association de branche nationale des institutions pour personnes avec handicap)

    2 «habiter et loisirs»

    En dehors  de la formation professionnelle, nos apprentis habitent dans une communauté, dans des chambres à deux personnes. Dans la communauté ils apprennent à résoudre/accomplir les tâches du quotidien.

    Dans la communauté des pédagogues sociaux s’occupent des jeunes, dont la plupart sont âgés de  16 à  22/24 ans.

     

  1. La finalité de la formation

 

- Quelles étaient les attentes des bénéficiaires? De leurs familles? Le vôtres?

Les apprentis ont un petit salaire mensuel entre CHF 350 -550, qu’ils reçoivent de l’hôtel où ils travaillent. Leurs familles ne doivent rien payer . L’assurance-invalidité (AI) va nous payer un tarif mensuel avec lequel nous devons couvrir absolument toutes les dépenses de l’entreprise La Capriola.

 

- Quel est l'objectif principal que vous voulez atteindre?

Une vie libre et indépendante pendant le temps libre et un engagement indépendant au premier marché.

 

- Quelles hypothèses avez-vous faites lors de la conception de ce programme spécifique?

Permettre aux personnes souffrant d'un handicap (disons un handicap «simple») une formation régulière complètement au marché du travail primaire (du début de la formation professionnelle jusqu’aux examens finals).

 

  1. La mise en œuvre, le déroulement

 

- Quelles étapes ont été suivies dans ce projet?

Nous avons  ouvert en 2003 le centre à Davos (Grisons), en 2011 à Lucerne (ville de Lucerne).

Notre première  intention était de mettre en place  la formation professionnelle (artisanale) comme première marche.  

Après la formation, la question de l’intégration au monde du travail s’est posée. Et cette fois sans la rente de l’assurance-invalidité.

 

  1. Les moyens dont vous avez eu besoin ?

 

-Sur le plan humain:

Nos partenaires sont les hôtels avec lesquels nous pouvons réaliser la formation artisanale. Pour l’accompagnement des apprentis dans les hôtels nous avons deux personnes avec une formation «hôtelière» (poste à 160 pourcent).

Les jeunes habitent pendant leurs jours de travail dans notre communauté (on a un appartement avec 6-8 chambres doubles, un salon de séjour, une cuisine et un bureau pour l’administration du centre. Les apprentis sont accompagnés par des pédagogues sociaux (poste à 350 pourcent)

Cet accompagnement résulte pendant 7 jours par semaine, et sur 24 heures (dans l’hôtel de 06.00 – 24.00), dans le cadre des heures de travail normales (8.2 heures par jour/et employé).

 

- Sur le plan financier:

 Pour ouvrir les deux  centres (2003 à Davos, 2011 à Lucerne) nous avons organisée des collectes de fonds.

Le fonctionnement courant est plus ou moins couvert avec les tarifs de l’assurance-invalidité (si l’occupation annuelle avec nos apprentis est environs à 96%-97% ;  -> part 5 !).

La Capriola a eu besoin d’une autorisation de l’office cantonal social (comparable avec un «Ministère des Affaires sociales»). On reçoit cette autorisation chaque fois pour 4 ans.

 

  1. Quelle évaluation faites-vous aujourd’hui ?

 

Avez-vous atteint vos objectifs initiaux?

Pour ce qui concerne l’idée, la vision, qu’on a eu, elle est devenue réalité. Aussi la pensée innovatrice du «projet» La Capriola est peu à peu perçue par la politique sociale.

Les bénéficiaires ont la possibilité de terminer un enseignement reconnu dans le premier marché du travail. Et malgré le handicap ils ne doivent pas travailler dans un atelier protégé. Ils sont socialisés dès le premier jour de leur apprentissage.

 

 Le projet a- t-il eu l'impact que vous attendiez?

Oui, pour ce qui concerne la collaboration avec les hôtels et le succès de la formation, ainsi que le développement des apprentis, oui.

Mais l’incertitude financière, elle est énorme. Nous portons un grand risque financier qui n’est jamais pris en compte dans la somme du tarif, le revenu que nous recevons du pouvoir adjudicateur (assurance-invalidité).

 

À votre avis, quels changements sont-ils souhaitables?

Une occupation réaliste entre 70-80% devrait être la base couvrant les frais élémentaires. Actuellement nous devrons une occupation de 96-97% (c’est plus que 23 de 24 places) pour couvrir les frais élémentaires, et ça pendant toute l’année. Ce sont des conditions utopiques.

Nous devons essayer de couvrir le montant d’argent manquant avec des actions de «fundraising» (des collectes de fonds).

 

A quelles difficultés avez-vous été confronté? Quelles sont les limites de ce programme de formation ?

Si la compréhension manque à la direction (disons l’encadrement) de l’hôtel, alors, il sera difficile d’avoir une coopération fructueuse qui est absolument nécessaire pour une formation couronné de succès.

Bien que la Capriola soit complètement dans la ligne de la direction politique de l’assurance-invalidité, le succès économique n’est pas garanti parce que l’idée est trop innovatrice.

 

 

 

 

 

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: