Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Association d’Aide Aux Handicapés Mentaux de Ghardaïa Une chèvrerie dans l’oasis avec pour but principal de former des adultes déficients intellectuels afin de les intégrer dans la société, Ghardaïa, Algérie
Pour aller plus loin
Association d’Aide Aux Handicapés Mentaux de Ghardaïa
  • Quartier At Nouh - Touzouz BP3130 47003 Ghardaïa Algérie
  • 213 29 20 79 09
  • handicap47@nullyahoo.fr
  • Aouf Messaoud
  • aoufmes@nullgmail.com


Une chèvrerie dans l’oasis avec pour but principal de former des adultes déficients intellectuels afin de les intégrer dans la société, Ghardaïa, Algérie

  • Travail et activité : Activités de jour
  • Afrique : Algérie
  • Fiche d'expérience

Par Aouf Messaoud le 27/11/2017

La chèvre Mozabite étant bien adaptée à la région sud de l'Algérie, c'est tout naturellement que cette activité de production de lait et de fromages a été choisie pour diversifier les activités proposés aux jeunes adultes pour s'insérer professionnellement dans la société.

 

  1. Le contexte

Notre association se trouve à Ghardaia  en Algerie  ( 600 KM au sud d’Alger une ville du sahara )  ; elle a été créé 1993 et agréée en 1994 par la wilaya de Ghardaia .

Ses missions sont :

-La prise en charge des handicapés mentaux dans des établissements spécialisés

-Le soutien des familles concernées.

-La recherche des causes de l’handicap et sensibilisation de l’opinion publique

-L’insertion socio professionnelle des handicapés adultes.

Pour les handicapés adultes, nous avons créé un CAT (Centre Aide par la Travail)

Actuellement celui-ci comporte un atelier de menuiserie pour garçon, un atelier de tissage et couture pour les filles et une chèvrerie pour la production du lait et de ses dérivées (filles et garçons)

 

Nous accueillons de enfants ayant un handicap mental suite à un test du psychologue du centre définissant le degré de son handicap ; léger moyen ou lourd.

Chaque année au plus  10 enfants sont accueillis et sont mis dans des  groupes suivant le degré de l’handicap et suivant l’âge. Actuellement nous avons 115 enfants.

 

 Les services développés par notre association sont :

 - La prise en charge des handicapés en demi-pension avec assurance de transport

- Le suivi pédagogique et psychologique.

- Le suivis médical des élèves handicapés .

- La formation professionnelle en partenariat avec le centre de formation concerné.

- La création des ateliers de travail suivant âge physique et âge mental.

 -L’intégration du sport individuel et collectif.

-L’officialisation du club sportif permet des échanges et  ouverture monde sportif.

 

 

 

  1. La finalité de l’expérience

 

 

La chèvrerie a été mise en place pour l’insertion des handicapés adultes intéressés.

Il y a une attirance particulière des personnes handicapées envers cet animal. C'est aussi un travail qui nécessite le travail de groupe, de "travailler ensemble". Le résultat " avoir du lait " permet à l’adulte de constater lui même le résultat de son travail. Il découvre par lui même qu'il est utile pour la société et gagne en "estime de soi".

 

La production du lait naturel est rare en ces jours. Elle est très demandée par la population

Nous avons souhaité rendre la place à l’activité chèvrerie, jadis connue dans la région.

Cela a permis aussi de créer et d’entretenir des espaces verts autour du centre. Ghardaïa est une oasis où l’eau est présente.

 

La chèvre locale « Mozabite » est très connue dans la région ainsi qu’en Algérie (+de 50% de la population pratiquait cette activité en ménage)

Nous avons choisi la chèvre mozabite de préférence à tout autre animal car elle s’adapte convenablement au climat de la région.

 

L’objectif final reste le développement du CAT pour insérer des adultes handicapés (chaque année)

Ainsi le développement d’activités nouvelles leur  permet plus de choix selon leur désir et leur volonté. La production du lait est le résultat logique de ce processus ainsi que les dérivés comme le fromage et le beurre. Ce sont des activités en plus pour nos handicapés.

 

 

  1. La mise en œuvre, le déroulement

 

La chèvrerie a été créée en 2014. Actuellement une vingtaine  d’adultes y travaillent  

Les différentes étapes essentielles de sa création ont été : la sensibilisation des partenaires et des enfants d’un tel projet, la planification des actions : plan de réalisation puis construction du hangar, l’achat de chèvres et de boucs ainsi que le matériel nécessaire, la formation théorique et pratique chez un professionnel, pour une mise en pratique au niveau du centre.  

 

Les taches des handicapés sous la responsabilité de l’éducateur sont : les travaux de culture et récolte des aliments verts,  les opérations de nourriture des chèvres, opérations de traite manuelle et automatique. Les chèvres sont nourries d’aliments verts récoltés par nos soins et d’aliments concentrés achetés.   

 

La production est écoulée en partie dans le centre (petit déjeuner des enfants) et le reste est vendu à l’état brut ou transformé sur place en beurre.

 

  1. Les moyens dont vous avez eu besoin ?

 

Sur le plan du personnel, un éducateur formé à temps plein et le psychologue du centre à temps partiel sont impliqués dans l’encadrement et le suivi des adultes travaillant à la chèvrerie.

Sur le plan financier, nous avons obtenu les aides suivantes :  

une aide de la Fondation de France pour achat de matériel et chèvres ainsi pour la formation

Une aide de la commune de Ghardaia pour une partie des constructions

Une aide de la Wilaya de Ghardaia en ce qui concerne l’acquisition du terrain et son aménagement

Des aides et contributions des bienfaiteurs pour la construction.

 

 

Sur le plan technique et matériel, nous disposons d’un local divisé en box (chèvres productrices, chèvres gestantes, chevrettes, chevreaux, boucs, salle de traite, aliments  concentrés et aliments verts, salle conservation de lait)

Nous avons aussi une aire de parcours, du matériel de traite, du matériel pour la culture et récoltes des aliments verts.   

Parmi nos besoins non satisfaits : un bus pour le transport des élèves et un véhicule utilitaire nécessaire pour le  centre (transport du matériels et aliments … etc.), ainsi que du matériel  pédagogique adéquat aux personnes handicapés.

Sur le plan des méthodes, nous manquons d’échange avec des associations similaires et des centres de  formation spécialisés.

 

  1. Quelle évaluation faites-vous aujourd’hui ?

 

 

Nous avons atteint en partie les objectifs assignés. Il manque seulement la production du fromage ainsi que l’opération de commercialisation professionnelle du lait et de ses dérivés, objet d’un projet en cours.   

 

Les intéressés sont satisfaits de leur travail. Ils se sentent utiles. Ils ont une estime de soi grandie. Leurs familles expriment aussi leur satisfaction. Parmi celles-ci, citons les aides et les visites des responsables locaux suite à la réussite de ce projet

La participation dans l’effort de revalorisation de la chèvre locale et la création des espaces verts satisfont toute la population.

L’association devient plus connue et des échanges seront nécessaires avec d’autres ; on a besoin de plus de terrain pour la culture des aliments verts et de l’agriculture des produits pour le centre.

 

Nous rencontrons aussi des difficultés. En particulier le manque d’échange avec des associations similaires, on doit sensibiliser sans cesse l’opinion publique. On doit faire face également à la lenteur administrative.

Nos limites sont essentiellement financières. Nous avons toujours besoin de plus de moyens financiers pour développer plus.  

Tout est possible avec le travail.  Nous avons récupéré des handicapés faisant un travail de qualité et découvert des changements de comportement des intéressés (le contact direct avec l’animal et la terre a aidé de développer le potentiel de chaque personne)

A ce jour, nous pensons qu’au moins deux handicapés peuvent lancer leur propre chèvrerie (chèvrerie familiale) à condition que les autorités locales  mettent les moyens financiers nécessaires

 

Si un conseil pouvait être donné tiré de notre expérience ce serait celui-ci : il y a lieu de ne jamais sous-estimer les personnes handicapées inclus. En fait des handicapés ont réagi positivement lors de contact avec l’animal, d’autres avec le travail de la terre, en travail de groupe, d’autres après une sortie au nord dans une ville côtière en contact avec l’eau de mer ….. ; Mais il y a un travail continu à poursuivre au niveau du centre et avec les familles concernées.

 

La fiche d'exéprience a été réalisée d'après l'interview de M.Messaoud Aouf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Langue d'origine : Français
Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 = ?
Votre réponse: