Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Service d'éducation spécialisé - Secrétariat Municipal d'éducation / Porto Alegre Porto Alegre, une métropole au service de l'éducation spécialisée, Brésil
Pour aller plus loin
Service d'éducation spécialisé - Secrétariat Municipal d'éducation / Porto Alegre
  • Rua dos Andradas, 680 – sala 901 Centro CEP: 90.020-040 Porto Alegre Brésil
  • (51)3289-1827
  • especial@nullsmed.prefpoa.com.br
  • Ana Rosimeri Araújo da Cunha
  • anacunha@nullsmed.prefpoa.com.br


Porto Alegre, une métropole au service de l'éducation spécialisée, Brésil

  • Enfance : Intégration scolaire
  • Amérique du Sud : Brésil
  • Fiche d'expérience

Par Ana Rosimeri Araújo da Cunha le 25/02/2014

L'Office municipal pour l'éducation spécialisée de Porto Alegre propose des services permettant l'inclusion scolaire (inscription au sein des écoles municipales spécialisées, aménagement de cursus au sein de l'école ordinaire), et l'insertion professionnelle des jeunes citoyens. Présentation de son histoire et de son fonctionnement, condensé d'expériences professionnelles au sein de cette structure.

Le Bureau de l'éducation spécialisée  au sein du Secrétariat Municipal de l'éducation, à Porto Alegre :

 

Dans la ville de Porto Alegre, le secrétariat de l'éducation (SMED) compte 96 écoles municipales (gérées par la ville), pour un total de 55000 élèves. La plupart de ces écoles sont des écoles élémentaires (55) et des écoles maternelles. À l'intérieur de la SMED, le Bureau de l'éducation spécialisée fait la jonction avec les établissements pour promouvoir des actions  d'inclusion scolaire. Sa mission est la suivante : organiser les politiques publiques pour surveiller l'application des lois fédérales au sein du réseau municipal de l'éducation ; offrir aux équipes pédagogiques les meilleures dispositions afin d’être en capacité de garantir la qualité et le succès des actions d'inclusion, ainsi que des dispositifs d’accueil des élèves. L'action de ce service s’adresse aux personnes en situation de déficience : intellectuelle, sensorielle, multiple, troubles envahissants de développement, ou personnes surdouées. Il concerne 3100 élèves, leur âge allant de l'enfance à l’adolescence (18 ans). L’équipe du Bureau Municipal d’éducation spécialisée est multidisciplinaire ; actuellement composé de 5 personnes : la coordinatrice diplômée en éducation spécialisée, conseillers en pédagogie et en psychologie et une personne formée dans le domaine de l’histoire. La formation initiale de ces personnes est une base, mais les expériences de chaque conseiller dans le domaine de l'éducation spécialisée est très importante et d’une extrême pertinence.

 

Un travail en faveur des élèves ayant des besoins spéciaux :

 

Les actions du Bureau ont pour objectif l'inclusion sociale et scolaire ; le principe directeur étant que l'élève soit en mesure de produire des connaissances à l'école et de donner un sens de ces savoirs, pour être en mesure de les utiliser de façon adéquate. En ce sens, le type de dispositif qui  est proposé à chaque élève est défini par la richesse de leurs expériences dans leurs relations avec les objets de savoir. Ainsi, pour déterminer les possibilités d'inclusion, il est important de voir comment l’élève entre en relation avec son environnement  et comment il répond aux propositions pédagogiques qui lui sont faites par l'école. Ce n'est pas la même chose que le confronter à des objectifs normalisés, comme apprendre à lire et à écrire, et le contraindre à réaliser ces objectifs extérieurs qui ne feraient pas sens pour lui. Bien au contraire. L'avis de la famille est aussi important, par exemple, si la famille demande à ce que l’inclusion de l’élève se déroule dans le cadre d’une école spécialisée.

 

A partir de là, d’après les possibilités d'inclusion repérées, le Bureau de l'éducation spéciale propose plusieurs types de services : inscription dans l'une des 4 écoles spécialisées ou par le biais de partenariats avec d'autres établissements d'enseignement (par exemple dans le cas d'un élève ayant des déficiences multiples, le Secrétariat peut offrir une place dans une institution spécialisée partenaire, appelée Kinder). Pour les élèves scolarisées dans une école ordinaire, le Bureau d’éducation spécialisé propose également un service appelé SIR (Classe d’intégration et de ressources). Ce service fournit : supervision en salle de classe, soutien et assistance aux enseignants, ainsi qu’aux élèves et à leurs responsables. Dans ce dernier cas, les élèves inclus et suivis par la SIR bénéficient en soutien dun suivi éducatif spécialisé, généralement organisé en groupes de 4 élèves pour recevoir un appui méthodologique et donc "apprendre à apprendre". Enfin, il existe aussi un service d'insertion professionnelle: programme de travail éducatif/PTE, pris en charge par une Commission de professeurs bénéficiant d’une formation en éducation spécialisée : elle accompagne les jeunes afin qu'ils puissent s’insérer dans le monde du travail à travers : des placements dans les secrétariats de l'administration municipale, des cours de jeunes apprentis destinés aux personnes porteuses de déficiences, bénéficiant d’une rémunération mensuelle à travers un service de bourse.

 

Plus de 40 ans d'expérience

 

Les activités du Bureau de l'éducation spécialisée ont commencé vers les années 1970. Au fil du temps, le champ d’action de l'institution s’est élargi, avec l’idée de développer les politiques publiques, sans toutefois verser dans une logique assistencialiste - et améliorer la qualité de l'inclusion des élèves. A l’origine, la scolarisation effective était réalisée à travers des classes spécialisées : soit au sein d’écoles ordinaires, soit au sein d’écoles spécialisées. En 1990, la proposition d'intégration a été réajustée. Les classes spécialisées ont peu à peu disparu et les élèves ont été scolarisés dans des classes ordinaires. C'est dans ce contexte que les classes d’intégration et de ressources ont été créées (SIRs) pour accompagner ce processus. Au début (en 1995), il y avait seulement 4 SIRs réparties dans 4 écoles pilotes ; il y en a  aujourd'hui 57, parmi lesquelles il y a 4 SIRs pour les élèves  ayant une déficience visuelle, une destinée au programme de travail éducatif/PTE, 2 pour les étudiants surdoués, les autres étant destinées à accueillir des enfants porteurs de déficience intellectuelle ordinaire, multiple ou même avec des troubles du spectre autistique. Récemment, une école pour les sourds a été créée.

Parmi les obstacles auxquels le Bureau de l'éducation spécialisée a dû faire face au cours de son développement, plusieurs sont liées au manque de concordance temporelle entre les besoins et les ressources financières et/ou les politiques publiques. Pour gérer ces difficultés, le plus souvent on essaie de: replanifier les actions à long terme ou établir des partenariats avec d’autres institutions, afin de mettre en commun les savoirs.

Coordonner et mettre les ressources à disposition

 

Ressources humaines : La coordination des actions des intervenants fonctionnent par le biais de réunions hebdomadaires impliquant les employés travaillant au siège et les acteurs de terrain. Ces rencontres font partie d'un calendrier fixe : par exemple, les enseignants opérant dans les SIRs, ainsi que les employés du secteur de la petite enfance se rencontrent avec l’équipe de coordination sur la base d’une fréquence mensuelle. La formation des travailleurs se déroule tout au long de l'année et est prise en charge à travers des échanges et des partenariats, notamment avec les universités. Par exemple, une formation s’est déroulée l’an dernier sur le thème du handicap multiple, dans le cadre d'un partenariat avec une institution internationale, basée dans l'Etat de São Paulo. Inversement, le personnel du Bureau peut également être invité à diriger des formations ailleurs.

 

Financement : S’agissant d’un Service Municipal, le budget du Bureau de l’Education spécialisée est décidé lors du budget participatif de la ville, en particulier : les demandes de création ou agrandissement d'écoles (parmi lesquelles les écoles spécialisées). Par exemple, la création de l'école pour les sourds et l'expansion de certaines classes d'intégration et de ressources (SIRs) ont été décidées et approuvées par le Budget participatif. Dans le même temps, le Conseil gère également les ressources provenant du gouvernement pour financer : les formations, l'achat de ressources, le transport. Le rôle de la coordonnatrice dans ces situations est d'articuler une utilisation efficace de ces deux sources de financement, afin d'assurer les intérêts et les droits des élèves. Un exemple en l’occurrence a été le cas où la coordinatrice a dû composer avec le gouvernement afin que les étudiants soient emmenés à l’école par un transport public et donc en mesure d'assister à leurs cours à l'école municipale.

 

Point de vue technique et technique : Le bâtiment du Secrétariat municipal de Porto Alegre a 14 étages, il héberge chaque secteur utile à son fonctionnement: nutrition, données statistiques, école primaire, édition, sport, stages, événements et éducation spécialisée. De plus, l’Office pour l’éducation spécialisée est également décentralisé : il doit avoir des espaces physiques dans les écoles. À cette fin, l'un des travaux de la coordinatrice consiste à communiquer avec les écoles et s'informer des espaces disponibles et ainsi répartir l'emplacement physiques des services du Bureau. 



Leçons apprises par expérience

 

La satisfaction des personnes qui officient dans l’Office pour l’éducation spécialisée est de voir que les besoins de la communauté sont satisfaits, que ses droits sont assurés et que les étudiants fréquentent des classes. Au contraire, c'est une frustration quand, par exemple en raison du manque de transport ou de ressources, les élèves ne peuvent pas aller à l'école.

 

Pour l'avenir du service, l'objectif reste d’identifier et garantir les droits des personnes, veiller à ce qu’il y ait toujours des places vacantes pour accueillir les enfants dans les écoles. Un des principes qui peuvent aider le Service à poursuivre son développement de manière idéale est de chercher à se tenir aux côtés de l'élève et essayer d’être attentifs aux besoins qu’il exprime besoins : idéalement, c’est l’élève lui-même qui, lorsqu'il arrive à l'école, montre ce dont il a besoin. De cette façon, rester attentif aux signaux émis par ses élèves, l'école peut avancer dans une démarche d’auto-réflexion et ainsi continuer à évoluer positivement.

 

Quelques conseils apportés par l'expérience, pour tout professionnel qui travaille dans le domaine de l'éducation : se tenir à jour car le fait de travailler avec des individus singuliers, qui ne cessent de changer, implique une certaine dynamique. Maintenir la capacité d’être à l’écoute des familles et de ses besoins. Dans cette perspective, il est toujours utile de chercher à se mettre à la place des autres, afin de comprendre leur point de vue. Apprendre à identifier les ressources et, lorsqu’une affaire n’est pas de notre ressort, apprendre à orienter les usagers vers le service approprié. Tirer parti de la richesse des partenariats afin de mutualiser les ressources. Pour les familles : Faire respecter ses droits : ne pas hésiter à contacter les bureaux de santé et d'éducation pour partager ses difficultés et solliciter l'aide de professionnels. Chercher à s’informer informer par soi-même car, en fait, l’information est le point de départ par quoi tout commence.

Document en version originale :

Porto Alegre, uma cidade ao serviço da Educação especial, Brasil

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: